Accueil » A la une » Vanille – Des producteurs certifiés «Rainforest Alliance»
A la une Régions

Vanille – Des producteurs certifiés «Rainforest Alliance»

Les  producteurs  de  vanille  de  la  région  Sava  ont  été certifiés  «  Rainforest  Alliance  ».

Une certification internationale pour les producteurs de vanille dans la région Sava. Des résultats probants obtenus en une année de dur labeur.

Motivation. Quelques mille sept cent producteurs de vanille regroupés dans cinq coopératives dans le Nord-Est de Madagascar ont obtenu une certification internationale «Rainforest Alliance». Une certification attitrée en tant que vecteur de bonnes pratiques dans la gestion des ressources. «Rainforest Alliance» est une ONG qui œuvre dans «la construction d’alliances solides» dans le but de protéger les forêts et améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et des communautés forestières, promouvoir leurs droits humains et les aider à atténuer et à s’adapter à la crise climatique.

« C’est une certification reconnue et respectée au niveau international pour les producteurs de denrées alimentaires qui répondent à des normes de durabilité » précise l’agence des États-unis pour le développement international (USAID). Son projet « Mikajy » est le principal soutien des producteurs de vanille dans la démarche vers cette certification reconnue internationalement. Les producteurs certifiés peuvent s’attendre à des prix plus élevés pour leur vanille certifiée et de meilleure qualité. Ils verront leurs revenus augmenter. Une approche de proximité, exploitée par de nombreux autres ONG, partagés entre les enjeux de réussite de la sauvegarde de la biodiversité et les diverses pressions « humaines » sur celle-ci. La certification « Rainforest Alliance » permet de distinguer les produits sur le marché international de l’épice.

Labeur

La démarche consiste à réduire les impacts négatifs de la production de vanille sur l’environnement. Le projet Mikajy a accompagné les coopératives dans le processus durant un an. « Il s’agit de formation approfondie sur les normes à respecter dans la culture de la vanille et les manières de réduire les impacts sur les forêts » explique le projet.

L’obtention de la certification est indiquée passer par quatre points essentiels à savoir la conservation de la biodiversité, l’amélioration des moyens de subsistance, la gestion des ressources naturelles et la gestion agricole. Par ailleurs, l’audit de l’ONG certificateur examine le travail réalisé prenant en compte l’exclusion du travail des enfants, la non utilisation d’aucun produit chimique et la mise en place d’installations sanitaires de base sur les sites. Le projet Mikajy a apporté un appui technique pour le suivi de la traçabilité et le recueil des données.

Le projet a aidé à la mise en place d’associations villageoises d’épargne et de crédit pour les femmes membres ou conjointes des membres des coopératives. Ils reçoivent en outre un accès aux services de santé. Pour pouvoir continuer à bénéficier de la certification internationale, le projet a exigé une preuve d’amélioration continue chaque année.

L’espoir d’une qualité constante de la vanille, campagne après campagne, anime à la fois les ONG et les opérateurs de collecte et exportateurs. Le projet Mikajy apportera sûrement plus de détails sur les réalisations chiffrées des coopératives certifiées, incessamment.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi