A la une Politique

Fête nationale – Le banquet d’Iavoloha supprimé du programme

« Il n’y aura plus de banquet au palais d’Iavoloha, le jour du 26 juin » déclare la ministre de la Communication.

Les festivités d’indépendance ont été, officiellement, lancées, hier. Le banquet d’Iavoloha qui est un des incontournables, ne sera pas au menu.

Du changement. Annon­çant le program­me de la célébration du 59e anniversaire du retour à l’indépendance, le Comité national technique d’organisation (CNTO), martèle que, cette année, les festivités auront un « nouveau visage ». À entendre les explications des membres du CNTO, la principale nouveauté sera la suppression du banquet d’État, au palais d’Iavoloha.

« La célébration de la fête d’indépendance connaîtra un grand changement, cette année. Il n’y aura plus de banquet au palais d’Iavoloha, le jour du 26 juin, puisqu’il s’agit d’une fête de tous les Malgaches et non pas d’une poignée de personnes privilégiées, invitées. Il ne doit plus y avoir de dépenses faramineuses, juste pour les dirigeants, non plus », soutient Lalatiana Rakoton­drazafy Andriantongarivo, ministre de la Commu­nication et de la culture, sur sa page Facebook.
Outre la porte-parole du gouvernement, une cascade de publications des responsables gouvernementaux et ministériels, a repris l’information indiquée durant la conférence de presse de la CNTO, hier, au jardin d’Anta­ninarenina. Faisant habituellement suite au défilé militaire, le banquet d’État donné par le Président de la République, au palais d’État d’Iavoloha, s’est inscrit, au fil des années, comme l’un des incontournables des festivités du 26 juin.

Une partie de l’opinion publique, dont des organisations de la société civile ou des associations citoyennes contestent, toutefois, la nécessité, le sens et l’opportunité de ce rendez-vous. Arguant sur les performances économiques plus que poussives de l’Etat mais, surtout, l’extrême pauvreté de la majorité de la population, ces entités estiment que pareil banquet ne soit qu’une dépense inutile.

Bémol
Pour contester la réception d’Iavoloha, le fait que le faste et l’opulence de l’événement, soient insultants pour la plupart des foyers qui n’ont plus les moyens d’avoir un repas correct quotidiennement. Pour certains, s’acheter à manger est un défi de tous les jours. Aussi, mise en avant comme étant en cohérence avec la politique d’austérité voulue par l’État, la suppression du banquet d’Iavoloha, du programme de la célébration du retour à l’indépendance, cette année, est accueillie favorablement par l’opinion publique.

Sur les réseaux sociaux, les internautes se sont délectés de l’information. « Les dirigeants étatiques célèbreront la fête d’indépendance avec la population. Ils assisteront au défilé militaire qui commencera, à 14 heures, ensuite à l’événement culturel qui sera inédit », a ajouté la ministre Rakotondrazafy Andriaton­garivo, sur sa page Facebook, hier. Un courant d’observateur met, toutefois, un bémol à l’euphorie qui a suivi l’annonce de la suppression du banquet d’Iavoloha des festivités d’indépendance.

« La réduction du budget et, éventuellement, la suppression du Sénat permettront de dégager de l’argent à réinvestir dans la construction de nouveaux établissements univer­sitaires et scolaires, affirme l’État. Il serait bien de savoir à combien s’élève l’éco­nomie que l’on fera le 26 juin, et à quoi la somme sera-t-elle affectée », soulève un analyste lors d’un échange, hier. Un autre s’interroge sur la portée de cette initiative d’austérité sur les caisses de l’État.
Il déclare que « le budget de certaines institutions ou entités est sensiblement réduit, certes, mais celui d’autres est quasiment doublé. Pour les festivités d’indépendance, l’État pourrait, également, économiser sur d’autres dépenses, comme les feux d’artifices qui sont parmi les plus coûteuses ». Il est annoncé que le spectacle pyrotechnique de cette année, durera 45 minutes, à Antana­narivo, 30 minutes dans les chefs lieu de région.

Paul Kagame en invité d’honneur

Lors de la conférence de presse d’hier, le comité d’organisation des festivités du 26 juin, a, également, annoncé que Paul Kagame, président du Rwanda, sera l’invité d’honneur de Madagascar, cette année. Un bataillon des forces françaises sises dans l’océan Indien devrait, par ailleurs, prendre part au défilé militaire, au stade de Mahamasina. La parade militaire qui, contrairement aux années précédentes, se tiendra l’après-midi, et démarrera donc, à 14 heures.
Les nouveaux véhicules roulants et aéronefs des Forces de défense et de sécurité (FDS), seront, également, de sortie lors du défilé militaire qui sera, notamment, marqué par un « silent drill », et une démonstration dynamique des forces spéciales. A la cérémonie militaire fera suite un événement culturel, ponctué par des spectacles de lumière et de laser, ainsi que des feux d’artifices.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Le chef d’état épate de plus en plus . Les grincheux et les aigris vont encore crier sous tous les toits que c’est un coup de  » communication  » . En tous cas un éditorialiste politique a vu tout faux pendant la campagne électorale de la présidentielle s’il a voulu insinuer que ANR serait un potentiel  » pilleur  » des richesses nationales une fois au pouvoir . Tout s’accorde à affirmer à la date d’aujourd’hui que nous avons un PRM et un PM qui ne déçoivent pas . Mais il faut toujours avoir cette vigilance  » citoyenne  » tout en espérant que le futur parlement jouera pleinement son rôle de balise et de contrôle .  » les « zozos  » des mallettes de la précédente chambre représentative n’auront plus de cité .

  • Le chef d’état épate de plus en plus . Tout ce qu’il entreprend va dans le bon sens . Les grincheux et les aigris vont encore dire que c’est un coup de  » communication  » . Force est de constater que le PRM et le PM ne déçoivent pas à ce jour . Mais la vigilance  » citoyenne  » doit être toujours de mise surtout avec cette augmentation conséquente de budget alloué à la présidence .Un éditorialiste politique a vu tout faux quand il a prédit que ANR sera un « pilleur » des richesses du pays . Le parlement doit jouer à fond son rôle de contrôle de l’exécutif . Les  » zozos  » des mallettes de la chambre représentative « croupion  » du précédent régime n’auront plus de cité . C’est quasi-certain !

  • cet décision tiens aussi à ne pas en dépensé trop et de conservé le budget d’Etat pour des cause qui se rend au développement de Madagascar et puis c’est évidement une fêtes pour tout les malgaches alors on peut dire que la suppression de la banquet à Iavoloha montre qu’il ne devrais plus avoir de la différence

  • It’s a great decision!!! je tiens vraiment à féliciter notre président d’avoir le courage de décider celle-ci! j’espère qu’il va nous apporter un grand changement lors de sa gouvernance vu que c’est déjà un grand pas et un grand changement par rapport à tous les années passée. c’est une décision concrète et pertinente par rapport aux autres présidents précédents

  • un grand merci pour le président andry rajelina d’avoir pris une décision de supprimer le grand banquet à iavoloha, c’est une dépense pour rien , alors que tant de malagasy vivent encore dans le seul de la pauvreté. cette décision nous montre que le président ne cherche que le bien des peuples .