Accueil » Océan indien » Maurice – Des questions sur les armes à feu
Océan indien

Maurice – Des questions sur les armes à feu

Des coups de feu contre un hôtel et une ambassade à Port-Louis, la semaine dernière. Cet incident soulève plusieurs questions concernant les armes à feu sur le tapis.

Désar­mant. La police est catégorique: il n’y a pas d’armes à feu qui circuleraient illégalement à Maurice. Sauf que nombreux sont ceux qui affirment le contraire.
La provenance, pour commencer. Un «collectionneur» évoque l’axe Maurice-Madagascar. Pistolets, revolvers et autres fusils en tous genres atterriraient à Maurice grâce à des passeurs qui les dissimuleraient dans des mallettes. Les précieux colis seraient alors récupérés en haute mer, au large des côtes, au Nord plus précisément. (…)
Une fois sur le sol mauricien, les armes sont vendues, prêtées et même distribuées via un réseau très fermé, poursuit notre interlocuteur. Pour s’en procurer, il faut avoir des contacts dans «des milieux peu fréquentables», précise un homme d’affaires, qui habite dans le nord du pays. Au marché noir, il faut compter entre Rs 10 000 (Ar 700 000) et Rs 15 000 (Ar 1 050 000) pour un revolver ou un pistolet. Pour les  munitions, cela dépend des calibres. Prévoyez environ Rs 100 (Ar 7 000) pour une balle de 9 mm, 11 mm ou de 12 mm.(…)

Nécessité absolue
Apparemment, ces armes servent à se protéger. «Ceux qui achètent les armes évoluent dans des milieux dangereux, mafieux parfois. Alors, il faut qu’ils se protègent eux-mêmes ainsi que leurs proches.» Puis, il y a ceux qui veulent tout simplement faire la peau aux voleurs et autres malfrats qui pénètrent chez eux. (…)
Ce Portlousien, lui, porte une arme à la ceinture dans le cadre de son métier: il est garde du corps privé. «Je n’ai pas de permis, il est très difficile d’en obtenir, les démarches sont très contraignantes. Mais il m’arrive de protéger des VIP, alors il faut bien que j’en aie une!» Il lui arrive aussi, précise-t-il, d’utiliser l’arme du client lui-même, si celui-ci en a une.
Notre interlocuteur rappelle enfin qu’il y a eu plusieurs vols d’armes au détriment de chasseurs ou de gardiens au fil des ans. Des vols ont aussi été  perpétrés dans l’armurerie des compagnies de sécurité. Des preuves, s’il en faut, que des armes illégales circuleraient bel et bien sur notre territoire…

© lexpress.mu