Accueil » Economie » L’Afrique cherche sa voie – S’inspirer du modèle de développement sud-coréen
Economie

L’Afrique cherche sa voie – S’inspirer du modèle de développement sud-coréen

«Re-inventing Africa’s Development: Linking Africa to the Korean Development Model». C’est le titre de la conférence virtuelle qui a eu lieu le 05 mai dernier à l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprises (INSCAE). Il s’agit d’une conférence thématique de l’École doctorale. Le conférencier du jour était le Professeur Jong-Dae Park, ancien ambassadeur de la Corée du Sud en Afrique du Sud et professeur invité dans plusieurs établissements sud coréens (Institut coréen de développement et à l’École supérieure d’études internationales de l’Université de Yonsei).

Ayant une dimension fortement internationale, cette conférence a vu la participation des étudiants en master recherches, des doctorants, des professeurs de l’INSCAE, des représentants du secteur public malgache, de professeurs venant d’universités sœurs sur le grand continent (ex: République Démocratique du Congo, Nigéria).

Pour le Professeur Park, la principale cause du sous développement de l’Afrique subsaharienne est la «mentalité», et d’ajouter que la solution ultime pour sortir du sous-développement réside d ans le changement de mentalité. Si la Corée du Sud est à son actuel niveau de développement, les campagnes de changement des mentalités comme le Saemaul Undong ont été d’une importance cruciale.

Source d’inspiration

Le Saemaul Undong est devenu un symbole de la réussite d’un projet de développement rural communautaire et autonome en Corée, qui a contribué à son succès global en matière de développement économique.En 65 ans, l’économique de la Corée du sud s’est beaucoup développée: le revenu par habitant est passé de 67$ en 1953 pour arriver à 24 044$ en 2013 et 42 300$ en 2019.

Ainsi, en 2012 elle est entrée dans le club des 20 – 50 (un PIB par habitant supérieur à 20 000$ et une population supérieure à 50 millions d’habitants). Et en 2018, elle est entrée dans le club des 30 -50 (un PIB par habitant supérieur à 50 000$ et une population supérieure à 50 millions d’habitants).Les recherches menées par le Professeur Park l’ont amené à proposer le modèle KPOP (Knowledge; Practising; Owning; and Passion) pour incarner l’esprit de développement: savoir quoi et comment faire les choses, pratiquer pour vraiment assimiler et mettre en œuvre ce qui doit être fait, prendre en charge le travail d’une manière active et responsable, œuvrer avec passion en faisant preuve de dévouement et de motivation véritable pour le travail. Cet état esprit est indissociable d’un fort sens de la nation et de l’identité nationale ainsi qu’un rôle fort de l’État.

Tous les participants ont trouvé au modèle de la Corée du Sud une source d’inspiration pour le futur de l’Afrique et de Madagascar. Le Professeur Victor Harison, directeur de l’École doctorale thématique en Sciences de Gestion de l’INSCAE, a loué l’état d’esprit du peuple sud coréen qui privilégie énormément le travail et l’effort en commun.

Selon lui, avec ses ressources humaines qualifiées et ses ressources naturelles, et en s’inspirant de la Corée du Sud et en travaillant avec lui, Madagascar peut œuvrer activement dans le développement au sens large et au sens noble. Ayant également participé à la conférence, la représentante de l’ambassade de la Corée du Sud à Madagascar a signalé sa volonté de travailler main dans la main avec toutes les parties prenantes.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter