Accueil » Régions » Antsiranana – Le conseil municipal et l’exécutif en diapason
Régions

Antsiranana – Le conseil municipal et l’exécutif en diapason

La clôture de la session à la mairie.

Malgré la pandémie de Covid-19 qui oblige les institutions et les autres secteurs à un rythme particulier de travail, la commune urbaine d’Antsiranana a clôturé, hier dans l’après-midi, la première session ordinaire du conseil municipal.

À en croire le rapport présenté par le Président du conseil municipal Jean Christian Ravelomiango, l’exécutif et l’organe délibérant sont, cette fois-ci, au même diapason sur la gestion des affaires communales. Certes, les 43% des projets ont été délibérés et les 57% repoussés, mais au final, des grandes étapes ont été franchies, notamment avec l’approbation du compte administratif 2020 d’un montant de six cent mille ariary, l’adoption du budget additionnel s’élevant à six milliards ariary et le transfert des marchands du Bazarikely vers le Boulevard Labigorgne. Selon les explications, le marché de Bazarikely a bénéficié d’un financement du projet PADEVE pour sa réhabilitation totale.

Concernant les 57%, les propositions ont besoin d’études approfondies , d’où la nécessité d’un report ultérieur. Citons entre autres la mise en place des agents communautaires et leurs indemnités, le transfert des marchands du Boulevard Labigorgne vers Rue Amiral Miot, le tarif sur l’extraction des pierres située dans la périphérie de la commune urbaine d’Antsiranana ; le conseil a décidé d’ajourner l’ancienne délibération.

Bien-être

Durant son allocution, le maire n’a pas manqué de remercier les conseillers pour avoir assumé leurs responsabilités et soutenu les projets adoptés au niveau de la Commune urbaine d’Antsi­ranana. Pour lui, une grande part de cette somme serait utilisée pour assurer le bien être de la population et non pour le bien des dirigeants de la commune, ou pour un intérêt personnel. Il a cité entre autres la construction du dojo municipal, la réhabilitation de la salle de mariage et d’autres salles, les pensions retraites de 2004 à 2011…

« Le développement n’est pas seulement les infrastructures mais aussi les êtres humains. Car le gouvernement actuel prône la politique de proximité, nous souhaitons que le conseil fasse preuve de rigueur dans l’examen de ces projets restants pour le bien-être social de la population Antsiranaise. Certes, la décision prise ne satisfera jamais tout le monde car il y a une catégorie de personnes qui ne se soucie que de son intérêt personnel » a affirmé Jean Luc Djaovojozara, premier magistrat de la ville d’Antsiranana.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter