Accueil » Culture » Portrait – La styliste Emy Ga continue sa lancée dans le septième art
Culture

Portrait – La styliste Emy Ga continue sa lancée dans le septième art

Emy Ga continue son parcoursvers la réalisation cinématographique.

Emy Ga, une femme transgenre de vingt-et-un ans et bien connue du monde de la mode à Madagascar, continue son parcours dans le cinéma. Elle envisage de réaliser son propre film. C’est elle qui s’occupe du scénario qui est en cours de finalisation. « J’ai toujours été intéressée par le monde du cinéma et de la télévision. J’ai joué dans une série Novegasy en décembre 2019. Et actuellement, j’envisage de réaliser mon propre film, je finalise les scénarios. Je serai juste la scénariste et l’actrice principale. C’est un film basé principalement sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. J’ai déjà contacté quelques réalisateurs et acteurs qui acceptent de travailler avec moi bénévolement », explique cette amoureuse de la justice, de la liberté, et de la nature. Elle est aussi liée à plusieurs associations d’activistes malgaches comme ZAÔ, Ecofeminism, L pour Libération pour combattre la discrimination, dans le but de faire savoir les droits humains et trouver des solutions pour le changement climatique. Originaire de Toliara, Emy Ga s’est révélée au grand public en tant que styliste. Elle a débuté dans ce domaine en décembre 2018 quand elle a sorti sa première collection de vêtements « Tiok’Antimo » lors d’un défilé de mode pour accueillir la Miss Atsimo Andrefana 2019 à Toliara. Elle a présenté d’autres collections à Antananarivo lors de la dernière édition de Modus Mode en novembre 2019. Sa personnalité se reflète dans ses créations qui, souvent, dérogent les règles. « Mon arme c’est de toujours chercher son identité. Quand tu ne suis pas les diktats de la société, on te pointe du doigt. Mais à la fin de la journée, tu seras toujours heureux et tu resteras toujours un élément essentiel dans le bon fonctionnement de la société dans laquelle tu es. Nous avons encore beaucoup de problèmes sociaux à régler ici à Madagascar », constate l’artiste.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter