A la une Economie

Prix de carburant – Les intellectuels soutiennent le Président

Les intellectuels appellent toutefois l’État à prendre ses responsabilités concernant les infrastructures.

Le Cercle de réflexion des économistes de Madagascar a affiché son soutien au Président de la République dans son « combat » contre les distributeurs de carburant pour la baisse du prix à la pompe.

L’étau se resserre autour des distributeurs pétroliers. Les intellectuels du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (CREM) se rangent derrière Andry Rajoelina après sa déclaration lors de la présentation de ses réalisations durant ses cent premiers jours à Iavoloha. La déclaration du CREM, hier à Ankatso, en dit long sur la position des membres du cercle dans cette guerre qu’a ouvert le président de la République contre les distributeurs de carburant. « L’instruction avancée par le Président de la République, telle que la réduction de 198 ariary des prix au litre est concevable. De plus, nous pouvons affirmer qu’il est encore possible d’amplifier cette réduction », fait remarquer le CREM dans son communiqué à l’issue de la conférence qui s’est tenue hier à Ankatso.
Dans ce sens, le cercle a attaqué l’absence de concurrence et de transparence sur le marché pétrolier depuis la privatisation du secteur en l’année 2000 en mettant en avant une caractéristique monopolistique du marché. Le CREM estime, par ailleurs que le prix élevé des produits pétroliers entraîne un impact significatif sur le coût général de la vie quotidienne.
« Une hausse de un ariary du prix du gasoil fait augmenter l’Indice de prix à la consommation de 0,062 point », avance le CREM dans son communiqué.

Réduire les taxes
Les économistes vont plus loin en approuvant la proposition d’Andry Rajoelina de faire en sorte que la Jirama puisse importer directement ses besoins en carburant. À travers cette déclaration, le CREM rejoint ainsi des personnalités comme l’administrateur du groupement du patronat malgache Rivo Rakotondrasanjy qui a déclaré sur les réseaux que les Malgaches devraient soutenir le Président et son gouvernement dans le cadre des négociations entre l’État et les pétroliers.
Quoi qu’il en soit, les économistes avancent que l’État doit prendre ses responsabilités dans la réhabilitation des infrastructures, notamment, en ce qui concerne le transbordement des produits pétroliers. « Il importe de montrer que le rallongement du temps nécessaire au déchargement des produits, conséquent à la défaillance du Terminal de stockage coûte un surplus de 7,2 ariary par litre », souligne le communiqué. D’un autre côté le CREM appelle à une réduction des taxes sur les produits pétroliers (TPP) dans la mesure où la population ne ressent pas directement leurs effets. « Nous sommes toujours là. Nous suivons la situation du prix à la pompe de près. Nous sommes les mieux placés pour donner notre avis et nous avons la capacité d’analyser académiquement ce qui se passe. De plus nous pouvons proposer des solutions », souligne Rado Ratobisaona du CREM.

 

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Et c’est que nous devrions faire tous puisque une fois que ceci baisseras la vie sera mieux que jamais tout produit aussi baissera! Et Tout le monde à accès à le produit é du niveau économique sa sera stable!! Et pas dans simplement dans cela mais il faut qu’on le soutienne dans tout pour qu’il ait la force d’effectuer tout travail et promesse faites à la population ! Il ne manque que nous !

  • on vous remercie beaucoup Mr Le président pour votre capacité en communication; il semble que tout se passera toujours quoiqu’il fasse, seul le développement qui est fixé et a gravé dans la tête et il faut atteindre l’objectif, encore en espérant la suite et le tel changement!

  • Bien dit parce que les approches du présidant sont assez pertinentes pour espérer introduire une vérité de prix pour le carburant. Il faut lui pousser pour arriver à terme à cette décision enfin de prendre une décision. On doit dire que la stabilité du prix du carburant est un facteur clé pour le développement du pays.