Economie

Développement – Priorité à l’équilibre régional du secteur privé

L’Ambassadeur européen Giovanni Di Girolamo et la ministre Lantosoa Rakotomalala au Carlton.

Les dialogues public-privé s’enchaînent pour trouver des axes d’amélioration du climat des affaires à Madagascar. L’Union Européenne propose des réformes en ce sens.

Essor des entreprises malgaches. C’est à partir de cette ligne de conduite qu’a été effectuée hier, au Carlton Anosy, la cinquième édition de la table ronde économique entre Madagascar et l’Union européenne. Entrant dans le cadre de la célébration de la semaine de l’Europe, l’évènement se consacre, depuis cinq ans à la recherche d’axe de développement économique pour la Grande île. Pour cette cinquième édition, l’Union européenne ainsi que l’État malgache représenté par quelques chefs de département ministériel d’un côté, et les représentants du secteur privé de l’autre, se sont concertés pour trouver les points à améliorer afin d’apporter une meilleure contribution des entreprises des régions au développement inclusif de Madagascar.

Pour ce faire, les dialogues public-privé ont été mis en place afin de remettre en selle les entreprises locales situées dans les régions qui sont souvent isolées, voire marginalisées par rapport à leurs homologues de la capitale. « L’un des résultats que nous attendons de cette table ronde est le cadrage des projets publics avec ceux du secteur privé notamment sur le plan de l’industrialisation régionale. Pour y arriver, les participants consacreront leurs efforts sur les échanges sur les expériences du passé afin de voir les lacunes à combler pour les projets avenir. L’État a déjà des programmes en cours ayant les mêmes objectifs que les axes d’amélioration que nous attendons de cette table ronde. Pour ne citer que le programme « Fihariana » qui est un fond créé en vue de mettre à la disposition des porteurs de projets un fonds d’appui pour le développement de leurs entreprises quelle que soit leur région de provenance », explique Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat.

Stabilité
Ainsi en matière d’environnement des affaires, le secteur privé a insisté sur le besoin d’améliorer la gouvernance politique, institutionnelle et économique tout en évoquant plusieurs éléments essentiels en vue d’une réelle stabilité économique. À ces préoccupations s’ajoute la nécessité de développer une politique économique favorisant la compétitivité des entreprises locales. En réponse à ces inquiétudes du secteur privé, Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar de rassurer que « Depuis qu’on a signé les accords de partenariat, les exportations malgaches vers l’Union européenne ont doublé en termes de valeur mais aussi en qualité à travers le renforcement de performance de certaines filières qui font le renom de Madagascar sur les marchés de niche comme la vanille ou le cacao. Des performances qui pourront alors attirer d’autres investisseurs étrangers à venir faire du commerce dans la Grande île. Et nous comptons ainsi maintenir ce progrès sur sa lancée à travers les initiatives de coopération telle cette table ronde ».

Jusqu’à ce jour, l’Europe est au premier rang parmi les pays de destination des exportations malgaches et ce, avec une balance commerciale excédentaire en faveur de Madagascar. Selon les derniers chiffres du ministère du Commerce, pour l’Union européenne, la balance commerciale a un excédent de près de cinq cents millions d’euros, si pour les États-Unis, celle-ci est d’un peu moins de deux cents millions de dollars.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • L’équilibre régionale pour les entreprises privés est une parfaite vision pour accompagne la politique de décentralisation effective que le presidant envisage de mettre en exergue dans une briefe délai! la non rectification de cette handicap pour le coup de pouce en économie dans toutes les régions.