Accueil » Editorial » Par dessus le marché
Editorial

Par dessus le marché

Apparemment beaucoup ont interprété de travers le sens du prix plafond décidé par l’Etat pour juguler la hausse des prix. On constate que la communication est difficile quand on s’adresse à une masse d’individus dont la plupart savent juste conjuguer les verbes « prix de revient » et « bénéfice ». Quand des gens mieux instruits déforment sciemment ce qui a été dit par dessus le marché , la tâche devient compliquée. Il ne fallait pas s’attendre à ce que l’Etat baisse les prix, c’est impossible et il n’a pas le droit de le faire. Il peut juste plafonner les prix et les marges pendant trois mois, renouvelable. Ce qui signifie que les prix des PPN ne dépasseront pas le seuil fixé par l’Etat pendant cette période quelle que soit la fluctuation des coûts sur le marché international. C’est donc une balise, une assurance accordée aux consommateurs. Eh oui, à l’allure où la conjoncture internationale va, les prix vont toujours augmenter de façon irrépressible. Les prix plafonds fixés aujourd’hui par l’État peuvent être inférieurs aux prix affichés au marché mais il est certain que les prix appliqués vont rapidement les dépasser. D’où l’intérêt des prix plafonds.

Certains détaillants voyant les prix plafonds fixés par l’Etat se sont empressés de changer leurs prix alors qu’ils vendaient encore moins cher. Ce qui fausse complètement l’initiative prise par l’État. Les prix plafonds ont été fixés en prévision des fluctuations inévitables dans les trois ou six mois à venir.

En tout cas, le vin est tiré il faut le boire. Des hier, plusieurs grossistes se sont appliqués à exécuter ce qui a été convenu d’un commun accord au nom de l’intérêt supérieur des consommateurs. Certains détaillants en ont fait autant en dépit d’une légère perte étant donné que les marchandises ont été acquises avant la fixation des prix plafonds. Mais en général, les prix plafonds ne seront observés qu’à partir de lundi à la demande des détaillants.

Les commissaires du commerce ont déjà effectué des descentes dans les marchés pour contrôler les prix. Les contrevenants aux conventions seront sévèrement sanctionnés et risquent de se voir retirer leur licence.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La démarche consistant à « baliser » le prix des PPN serait opportune si elle était appliquée, ce qui suggèrerait qu’un contrôle systématique soit effectué auprès de tous les marchands pour s’en assurer, inconcevable.
    Beaucoup trop d’entre eux définissent les règles simplement, si le client n’est pas satisfait il n’a qu’à aller voir ailleurs.
    Mettre l’interprétation aléatoire de ces règles de plafonnement sur le compte de l’analphabétisme est d’autant plus déplacé que dans la présentation même de celles-ci il est indiqué qu’il s’agit bien de « prix plafond et non de prix appliqués » (voir l’article hier titré « consommation – les prix des PPN balisés », ce qui peut en effet semer le doute dans les esprits.
    En période de crise il faut parler d’INTERDICTION de dépassement tarifaire, être CLAIR, l’évocation de prix appliqués ne l’est pas, elle engendre la confusion.
    Quant aux mesures coercitives, leur efficacité ne dépend que de la lourdeur des pénalités encourues qui devraient être clairement définies pour permettre aux consommateurs de les rappeler aux marchands. Ces derniers n’auraient peut-être plus le réflexe de leur rétorquer « vous pouvez toujours aller voir ailleurs ».