Culture

Culture – Le nouveau magazine Indigo sort son premier numéro

Indigo, la dernière née des revues se positionne comme la vitrine de la région océan Indien. Son style « pas figé » va satisfaire les amoureux de l’écriture et de la lecture.

Lancé officiellement le jeudi 5 avril au soir à la librairie Mille Feuilles à Behoririka, le nouveau magazine Indigo présente déjà des atouts de séduction alléchants. Indigo traite les informations sur un territoire plus vaste, la région de l’océan Indien, et cible une grande frange de lectorat, les quatre coins de la diaspora.
Indigo est un magazine mutant, vivant et animé par l’idée d’apprendre, de partager, et de surprendre. C’est justement son style « pas figé », qui fait sa grande particularité. Il s’ouvre à tous les domaines et favorise le mélange de genres ; de la bande dessinée à la dramaturgie, en passant par tous les aspects des arts, de cultures, de traditions et de modernités de l’Indianocéanie.

Multilingue et multiformat
Indigo est une occasion en or à saisir pour les férus de l’écriture et parallèlement il offre une richesse inépuisable d’informations à ses lecteurs. « Je lance un appel à contribution à tous ceux qui veulent s’exprimer à travers Indigo, qui met en avant les valeurs artistiques. Participer et partager Indigo, c’est entrer dans la légende, faire l’expérience d’une nouveauté », précise Raoto Andriamanambe, le rédacteur en chef d’Indigo.
A rythme trimestriel, Indigo veut préserver l’authenticité de chaque pays dans sa forme d’expression. Il y aura des rubriques en langue malgache, créole et française. Le premier numéro d’Indigo, déjà disponible en librairie, voit la contribution de Madagascar et de La Réunion, et ça va s’étendre sur les autres îles au fil des parutions.
La version papier d’Indigo offre un confort de lecture. Indigo existe aussi en ligne sur abonnement. La version digitale coûte douze euros et celle en papier dix-neuf euros. Cet hybride entre le livre, la revue et le magazine affiche son statut indépendant.

Ricky Ramanan