A la une Politique

Ordonnances Présidentielles – Rivo Rakotovao interpelle la HCC

La Haute cour constitutionnelle (HCC), se pose-t-elle toujours en garante du respect de la Constitution ? Telle est l’une des questions posées par Rivo Rakotovao, président du Sénat, dans une vidéo publiée sur la page Facebook de la Chambre haute, hier.

Le numéro un du Sénat a réagi à la décision de la Cour d’Ambohidahy, sur sa requête aux fins de caducité des ordonnances prises en conseil des ministres par le Président de la République, durant la période où le pouvoir de légiférer lui a été délégué par le Parlement. « Quand est-ce qu’une décision de la HCC s’impose à tous et doit être appliquée sans exception. (…) Quand est-ce qu’on peut déroger à l’article 120 de la Constitution. (…) Lorsqu’il s’agit de qui, pareille arrangement peut être fait ? », a-t-il lancé.

L’article 120 de la Loi fondamentale prévoit, notamment, que les arrêts et décisions de la HCC « ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics, ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles ». Dans sa réponse à la requête de Rivo Rakotovao, publiée mercredi, l’institution d’Ambohidahy a atténué la rigidité d’une précédente décision qu’elle a rendue le 13 février 2019.

La décision du 13 février 2019, a imposé au pouvoir exécutif la présentation de projets de ratification des ordonnances présidentielles lors de la deuxième session du Parlement, la même année. Cela n’a pas été fait. Ce défaut d’exécution de l’injonction de la HCC est le principal motif de la requête faite par le président du Sénat. Seulement, dans sa décision de mercredi, la Cour a soutenu, « il convient de considérer la nature non substantielle de la date de ratification pour se focaliser sur sa réalisation dans les meilleurs délais ».

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • L’arroseur arrosé …Le bougre ne peut plus se prévaloir de ses propres turpitudes …Jamais deux sans trois de « gifles retentissants  » au perchoir du sénat avec ces initiatives unilatérales de basse politique politicienne … Et il a la mémoire courte avec le « pacte de responsabilité » en 2015 avec ce même président de la HCC qui a sauvé la peau de son mentor Rajaonarimampianina . En tous cas son sort tout comme cette chambre d’enregistrement budgétivore est scellé … Le HVM ne renaîtra plus de ses ruines !