Accueil » Actualités » Disparition de Claude Razakazafy – Un monument du sport et du secteur pétrolier nous quitte
Actualités

Disparition de Claude Razakazafy – Un monument du sport et du secteur pétrolier nous quitte

Claude Razakazafy s’est éteint à l’âge de soixante douze ans.

Il a choisi le dernier jour de l’an pour prendre congé de ses proches et de ses amis. Claude Julien Razakazafy aura été unique jusqu’au bout. Il a eu une vie bien remplie pendant 72 ans. D’abord en matière de sport. Claude Razakazafy était un grand volleyeur du fameux Olympia Club de Tana qui fut champion de Madagascar de 1967 à 1969. Une belle équipe dans laquelle ils étaient trois à en faire partie en l’occurrence Josée, Claude et Fidèle Razakazafy. Ils formaient le trio de l’OCT. Claude portait le numéro 3 et avait la particularité d’être à la fois le meilleur défenseur et le meilleur attaquant. L’OCT était l’une des plus grandes équipes du pays dans l’histoire du volley.

L’autre passion de Claude était le pétrole. Il a passé 35 ans de sa vie dans ce secteur en tant qu’expert. Après avoir débuté sa carrière professionnelle au sein de l’Ifagraria, société italienne pour le développement de l’agriculture, il a commencé à flirter avec le monde du pétrole en 1972 en rejoignant le Seismograph service corporation. Puis successivement il a travaillé pour Caltex( 1973), Solima (1975- 1994), Solimotel (1994-1998) puis finir à la Jovena (1999- 2008). Claude Julien Razakazafy a eu un collègue de choix à la Solima puis à la Jovena en la personne de Christian Ntsay. Ce dernier s’est fait représenter lors des funérailles de Claude Razakazafy.

Sur le plan politique, il a été vice-président du Conseil municipal d’Antananarivo durant la mairie de Marc Ravalomanana. Une vie bien occupée sur tous les plans.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi