Accueil » A la une » Consommation – Léger renchérissement des prix des PPN
A la une Economie

Consommation – Léger renchérissement des prix des PPN

Le prix du riz local et importé a augmenté de cent à deux cents ariary par kilo.

Les mesures de contrôle sur les marchés sont maintenues même après les fêtes. Les procédures de recadrage des détaillants récalcitrants aussi.

Hausse palpable sur les marchés de la capitale depuis quelques semaines. Il s’agit d’une situation normale comme chaque année en cette période, d’après les vendeurs semi-gros sur le marché d’Analakely. Par ailleurs, la hausse des prix des produits de première nécessité fait le lot quotidien des Malgaches. Un fait qui semble être normal tant c’est habituel pour les consommateurs qui doivent se soumettre au bon  vouloir des détaillants et grossistes.

Le prix du riz local et importé a augmenté de 100 à 200 ariary par kilo. Le prix du riz « makalioka », la variété la plus prisée, est passé de 2000 à 2100 ariary en deux semaines. Le prix du kilo de sucre est à 2600 ariary, contre 2500 ariary auparavant. Toutefois, une légère baisse du prix du litre d’huile cachetée est observée. Il est entre 5 700 à 5 800 ariary aujourd’hui, contre 5 900 ariary fin juillet. Questionné sur cette légère hausse des prix, un commerçant avance n’avoir aucune explication.

« Nous sommes contraints d’augmenter les prix car auprès des ravitailleurs ils augmentent. On sait juste qu’en cette période, la hausse du riz est liée à une baisse progressive des stocks disponibles dans les zones de production » explique notre commerçant. Au niveau des détaillants de la capitale, ce sont surtout les produits alimentaires qui subissent cette hausse. Si au début, c’est surtout le riz qui a connu cette hausse, les détaillants commencent également à augmenter le prix des autres produits.

Injustifiées

Ces augmentations sont tout simplement injustifiées si l’on se réfère aux années antérieures. Si tant est que les explications de la plupart des commerçants concernant le faible impact de la pandémie sur les prix sont justifiées. Pourtant la situation actuelle pourrait aussi être à l’origine de l’augmentation. Notamment avec la dépréciation de la monnaie nationale ou encore la situation sanitaire délicate qui perdure. D’un autre côté les contrôles, la sensibilisation et le recadrage des commerçants par les autorités sont toujours maintenus.

Si les prix des riz importés à 25% de brisure allant de 520 à 550 ariary ont été constatés par la délégation, les contrôles ont été renforcés en termes d’instruments de mesure et pièces de facturation. Ces dernières visant surtout le suivi de l’exactitude des affichages. Initiée par le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, cette opération lancée le 1er décembre 2020 s’applique avec l’entière collaboration des communes, des chefs de marchés et des associations de consommateurs.

Pour Analamanga, les sensibilisations des consommateurs et des commerçants, ont été réalisées dans les grands marchés centraux tels qu’ Isotry, Mahamasina, Anosibe, Analakely, Ambanidia ou Ankatso. Pour les régions, une baisse considérable des prix du riz a également été constatée, comme c’est le cas àVakinankaratra.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi