Economie

RN13 – Des natifs d’Androy crient au secours

Aucun avancement sur les travaux de réhabilitation de la RN13. Le ton monte dans la région Androy depuis la dernière attaque du 24 décembre où trente bandits ont attaqué quatre véhicules au niveau de Betroka- Isoanala. « La seule solution contre cette insécurité plus que grandissante reste la réhabilitation de la nationale 13 reliant Ihosy à Taolagnaro. Les dirigeants successifs n’ont eu de cesse de promettre haut et fort que cela va être fait mais les routes restent en piteux état depuis des décennies. Jusqu’ici, nous n’apercevons pas un quelconque travail de réhabilitation, d’Ihosy jusqu’à Ambovombe, ni de là jusqu’à Taolagnaro », fustige un natif de la région.

D’autres originaires d’Androy habitant la capitale multiplient les lobbyings pour une meilleure reconsidération du cas RN13. « Nous continuerons à réclamer la réhabilitation de cette route nationale. Notre région se trouve au dernier rang du développement en raison de ce problème d’accès, sans parler des effets du changement climatique. Nous demandons au moins aux différents responsables étatiques de nous informer sur ce qui se passe réellement à propos de ce dossier RN13 », explique un Antandroy. Un clip regroupant des artistes de la région a été réalisé en 2018 dont le message essentiel porte sur la demande de la réhabilitation de l’infrastructure routière. Des tee-shirts aux messages évoquant la RN13 sont confectionnés et commercialisés.

L’axe Ihosy-Ambovombe d’une longueur de 397km, et 107km de plus pour atteindre Taolagnaro se fait en 30 heures en taxi-brousse en période d’hiver. Trois jours en période de pluie. Il faut 30 heures également pour relier Toliara à Fort-Dauphin, long de quelque 595 km. Le président Andry Rajoelina a annoncé la réhabilitation de la RN13 le 30 juin dernier. Avant lui, l’on a promis de toucher les 107km reliant Ambovombe à Taolagnaro mois de décembre 2018. Un financement de 236 millions d’euros de la part de la Banque européenne d’investissement (BEI) a été alors promis suite à une signature officielle entre l’État malgache et la BEI en 2017 en Côte d’Ivoire. La portion Ihosy-Ambovombe a été alors indiquée attendre la nouvelle tranche du Fonds européen de développement (FED), soit pas avant 2021 car le 11ème FED arrive à son terme cette année. En mai 2018, il a été précisé, par la délégation de l’Union européenne à Madagascar, que « la réhabilitation de l’axe Ambovombe-Taolagnaro suit un processus normal. Les dossiers d’appel d’offres sont en phase de finalisation ». Mais depuis, aucun autre nouveau détail n’a pu être obtenu malgré plusieurs demandes d’informations. « Quand commenceront effectivement les travaux ? », ne cessent de demander les habitants des autres régions Sud-ouest et Anosy, utilisant cette route nationale.