Régions

Climat – Toliara asphyxiée par la canicule

Une victime de la canicule évacuée d'urgence à l'hôpital.

Trop c’est trop ! La ville de Toliara endure, depuis quelques jours, une chaleur étouffante et un soleil de plomb. « On a vécu plusieurs années de période de Faosa mais cette fois-ci, ça dépasse les limites », déplore Ramada, une sexagénaire habitant à Tsienengea.

Les Tuléarois ont l’impression de se trouver dans une fournaise. Dans les rues, les gens transpirent à grosses gouttes et boivent beaucoup pour éviter la déshydratation. Si les plus jeunes supportent plus ou moins la chaleur, les personnes âgées ont du mal à respirer. De nombreuses personnes sont admises quotidiennement aux urgences du CHU de Tanambao pour recevoir de l’assistance médicale, à cause de difficultés respiratoires et de coups de soleil. Il en est de même dans d’autres établissements hospitaliers de la ville. Certains patients hospitalisés sont même sujets à des vomissements et des diarrhées, parfois des vertiges. Avec cette vague de chaleur qui sévit, la plupart des gens restreignent au maximum les sorties en plein air et l’exposition au soleil.

Aux premières heures de la journée, la température frise déjà les 32°. Dans l’après-midi, elle atteint des piques de 37°, voire 39°. Au coucher du soleil, la température baisse à 18°- 20°. Les déplacements habituels se réduisent au strict minimum durant la journée, c’est dire que la vie ne reprend son cours qu’aux environs de 19 h. Certains Tuléarois passent la nuit dans les bars, et les discothèques.

Les cyclo-pousses se font rares à cause de la forte chaleur. Ceux qui sont de service n’hésitent pas à augmenter les frais de transport. Dans leur grande majorité, les commerces ferment bien avant midi. En tout cas, les médecins recommandent des mesures préventives pour protéger l’organisme humain contre la forte chaleur. « Toute canicule expose l’organisme à la déshydratation, avec tous les désordres physiologiques que cela entraîne, ainsi que l’insolation et l’accident vasculaire cérébral », indique un médecin de centre des urgences au CHU de Tanambao.