Social

Sécurité routière – Des transporteurs mettent des vies en danger

Les accidents de la circulation s’amplifient. L’Agence de transport terrestre (ATT) veut remettre les pendules à l’heure.

Un transporteur d’un véhicule de transport en commun, sur le point de partir vers Ambilobe, s’est fait interpeller par les responsables de la gare routière Maki à Andohatapenaka. La hauteur de ses bagages a largement dépassé la limite indiquée dans le texte. Pour obtenir l’autorisation de départ, il a dû réduire ses bagages à une hauteur de 0,80 mètre. Après avoir quitté le parking d’embarquement, il s’est arrêté devant le parking du stade Maki, et a fait remonter les bagages. Dans la soute du véhicule, il y avait déjà des centaines de kilos de marchandises. Ce transporteur a pu faire le voyage jusqu’à Ambilobe, avec cette surcharge, sans aucune intervention des polices de la route. Dans le véhicule, les voyageurs ont été effrayés. « Les plaquettes des freins et des embrayages commençaient à puer à Manerinerina, à cause de la surcharge. Je n’ai pas fermé l’œil jusqu’à Ambanja, de peur qu’un accident ne survienne », témoigne Jao ­Raherison, un des voyageurs dans ce véhicule qui a pu arriver à destination, sain et sauf, hier.

Délai de repos
Plusieurs transporteurs en commun mettent des vies en danger, en commettant des infractions comme celle-ci. Sur la RN 4, un véhicule de transport en commun reliant Mahajanga et Antananarivo a fait un accident, à la sortie de la Ville des Fleurs, au mois d’octobre, en roulant à tombeau ouvert. Mamy Hanitra Rafanomezantsoa, responsable auprès de la gare routière Maki, indique, par ailleurs, que certains conducteurs ne respectent pas le délai de repos de huit heures, minimum. « Ils font remonter des voyageurs, à peine arrivés au lieu de débarquement et reprennent la route. Ils sont fatigués et cela peut provoquer des accidents. Cette pratique va, certainement, se multiplier à partir du 15 décembre, le début de la saison haute », explique-t-elle. Le ministère du Trans­port, du tourisme et de la météorologie, à travers l’Agence de transport terrestre (ATT), affirme que les accidents de la­ circulation se sont multipliés, ces derniers mois. Face à ces imprudences des conducteurs et pour éviter ces accidents, des mesures seront prises. « Des registres seront opérationnels à l’arrivée, pour contrôler le temps de repos des conducteurs. Ils ne peuvent reprendre la route qu’au moins 8 heures après leur arrivée, pour pouvoir se reposer. La hauteur des marchandises ne doit, en outre, dépasser les 80cm. Et avant chaque départ, un éthylotest sera utilisé sur chaque chauffeur, pour mesurer leur taux d’alcool », explique le général Jeannot Reribake, directeur général de l’ATT. Jusqu’au 15 décembre, l’ATT est en phase de sensibilisation. Les sanctions vont tomber à partir du 16 décembre.