Régions

Région Sud-ouest – Le blocage au développement local épluché

Cercle vicieux. Le retard qu’accuse la région Sud-Ouest en termes de développement est en rapport avec l’insécurité et le manque patent de travail disponible pour des milliers d’habitants de la région et de celle de l’Androy en particulier. Sans sécurité, il n’y a pas de travail et sans travail,la sécurité n’est pas assurée.

Cette situation de cercle sans fin a été ardemment débattue entre le Comité pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) et des représentants étatiques et du public tuléarien, samedi dernier. « Le développement n’est pas gagné si la sécurité ne permet pas à la population de travailler. Et s’il n’y pas de travail, cette sécurité ne sera pas non plus assurée. Le débat apporté sur ces trois points et a mis en exergue l’importance de la prise en compte des valeurs, base de la vie des Malgaches depuis toujours», a expliqué le père Serge Andrianjava, président de la commission «Refondation de la nation et de la République»auprès du CFM. La culture, le respect mutuel, la confiance ou encore le fihavanana et la considération des « Raiamandreny », des notables et autorités locales, le respect des us et coutumes locaux ont été redéfinis pour être intégrés dans le processus de développement. Le cas du projet d’extraction d’ilménite par la société Base Toliara et le foyer de tension persistant avec la problématique entourant le trafic de zébus dans la commune d’Antanimieva, le Dina, ainsi que les vols d’ossements dans la localité de Saint Augustin ont été évoqués. « Ces cas de figure reflètent la nécessité de la reconsidération des valeurs violées dans des profanations de sépultures o ! combien désastreuses pour ces localités par exemple», continue le président de commission.

Des représentants de communautés locales ont fait part d’un constat accablant les autorités et entravant, à leur avis, le développement préconisé. « Ce sont les représentants de l’État même qui violent les règles et les lois et les administrés se permettent de les suivre »,fustige l’un d’eux.Outre la nécessité de créer des milliers d’emplois à travers de nombreux projets dans les deux régions du Sud, la mise en place d’un espace de dia-logue fait partie des résolutions de ces échanges. « Un espace de dialogue sera créé regroupant des autorités locales, des représentants des communautés, des élus, des forces de l’ordre et mis en place par le gouvernorat de la région Sud-Ouest»,fait savoir le membre du CFM. Un moyen pour les communautés de se faire régulièrement entendre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter