Culture

Festival mois de la photo : L’homme et la femme sous tous les angles

Le 10e Festival Mois de la photo Sar’nao a débuté hier à l’Aft à Andavamamba par l’exposition de Serge Rakoto sous le thème « Les femmes au cœur du travail ». L’égalité des genres a inspiré plusieurs photographes lors de cette édition 2019.

Le Festival Mois de la photo Sar’nao a entamé sa 10e édition, hier, mardi 5 novembre à l’Alliance française d’Andavamamba. Haja Rasoanarivo, directeur de cabinet du ministère de la Culture a honoré de sa présence la cérémonie d’ouverture. Droit de l’homme, égalité des genres, les enjeux du métier de photographe et bien d’autres thèmes marqueront cette édition 2019.

Les œuvres de Serge Rakoto intitulées « Les femmes au cœur du travail » ont ouvert la série d’expositions qui égayera plusieurs endroits de la capitale durant ce festival. Il a su capter sur le vif les femmes exerçant les métiers d’hommes. Mécanicienne, bouchère, plombière, tatoueuse, jusqu’à la femme-chauffeur de taxi, femme-boucher, et femme-briquetier. Cinquante clichés composent cette première exposition individuelle de Serge Rakotofiringa, son nom pour l’état civil. Elles marquent, aussi, ses quinze ans d’expérience couronnés de plusieurs prix dont celui du Concours international de photographie de la Fondation Alliance française en 2017, entre autres. « En étant un autodidacte, j’ai appris beaucoup de choses pendant ces quinze ans. Et je constate que j’ai encore beaucoup à apprendre aujourd’hui. Pouvoir faire une exposition en solo ressemble à une soutenance de thèse d’un étudiant, pour moi. Cela signifie que je fais partie des photographes professionnels maintenant. Dans cette exposition, j’ai voulu mettre en avant l’égalité des genres en se focalisant sur la gent féminine dans leur milieu de travail longtemps occupé par les hommes. Il y a aussi quelques clichés qui retracent mes quinze ans de photographies », raconte avec émotion le photographe. Ses œuvres resteront accrochées à l’Aft jusqu’au 18 décembre.

Dix éditions successives

Joël Pelerin, un photographe réunionnais prendra le relais avec « Homme qui es-tu ?», comme thème qui marquera la journée mondiale de l’homme.

D’autres spécialistes de cette discipline du huitième art exposeront dans d’autres endroits de la capitale avec d’autres thèmes.

Expositions, formations gratuites, résidences artistiques, concours de photo ouvert à tout public, conférences-débats, remise de distinctions honorifique, et carnaval-expo-mobile meubleront cette 10e édition de ce festival. Les enjeux du métier de photographe seront particulièrement traités lors de la conférence au Craam à Ankatso le 20 novembre.

La ville d’Ihosy a pu participer pour la première fois à cet événement en hébergeant la formation sur le métier de journaliste-reporter les 28, 29, et 30 octobre. Mahajanga, Taolagnaro accueillaient les expositions et formations. « Tenir pendant dix éditions successives consistait à renouveler un challenge chaque année. Souvent, nous sommes confrontés au changement des responsables au niveau des établissements partenaires. Cela changea aussi la forme de collaboration. On souhaiterait avoir un financement à long termes pour faire perdurer ce festival au fil des années. On a pu constater l’intérêt que le grand public et les amateurs de la photographie portaient sur cet événement lors de ces dix premières éditions », explique Fidisoa Ramanahadray, de l’association Sténop’art, fer de lance de ce festival dont sa 10e édition s’étalera jusqu’au 29 novembre.