Politique

Participation financière – L’État assure les dépenses liées à la visite du pape

Financement des dépenses. « Comme il est d’usage en cas d’accueil d’un chef d’État étranger, le pays hôte prend en charge les dépenses y afférentes » , explique Rinah Rakotomanga, directrice de la communication auprès de la Présidence de la République. Le pape François rendra visite au chef de l’État Andry Rajoelina au palais d’État d’Iavoloha dans le cadre de sa visite apostolique. « Le couple présidentiel s’est investi également dans l’accueil du Pape, le Président Andry Rajoelina et son épouse s’y sont consacrées en leur propre nom », affirme Rinah Rakotomanga sans révéler les chiffres. « Pour le cas des constructions au site de Soamandrakizay, une partie du terrain appartient à l’opérateur économique Rajabaly. L’État et l’Eglise catholique ont diligenté des négociations auprès de cet homme d’affaires pour permettre l’utilisation de l’ensemble du site malgré la propriété qui s’y incruste », d’après toujours Rinah Rakotomanga.

Investissement énorme

Plusieurs entreprises offrent à titre gratuit leur expertise dans les préparatifs de l’accueil et pendant le séjour du pape François, et selon les informations émanant des responsables, le chef de l’État Andry Rajoelina a pris part aux négociations avec les opérateurs économiques. « C’est en réponse à la sollicitation du président de la République que la société STAR distribuera exclusivement et gratuitement de l’eau buvable à tous les fidèles qui viendront prier au site de Soamandrakizay », selon toujours Rinah Rakotomanga. Dans le cadre de sa visite apostolique qui commence ce jour, le Saint-Père sera accueilli en chef d’État à l’aéroport d’Ivato par les dirigeants étatiques.

Un engouement des opérateurs économiques et des entreprises est également visible pour l’accueil du pape François. Le milieu économique local n’est pas seulement représenté par les constructeurs et aménageurs du site de Soamandrakizay où le Pape va célébrer sa grande messe, il collabore de concert avec l’État pour que le passage du souverain pontife à Madagascar soit une réussite. De même, des opérateurs et vendeurs de tee-shirts, casquettes, parapluies saisissent l’occasion pour commercialiser des articles vestimentaires et iconographiques à l’effigie du pape François. Une entreprise de téléphonie a même appuyé logistiquement l’Organe de Transmissions Militaires de l’Etat.

Le montant des dépenses engagées par l’État n’est pas précisé mais jusque-là l’État déploie toutes ses ressources liées au maintien de la sécurité pour que cette visite apostolique du pape François soit « sans incident, sans accident ». À côté de la couverture des dépenses par l’État, toutes les consignes émanent des autorités pontificales concernant les restrictions et recommandations. La voiture Karenjy qui va servir de Papamobile est par exemple conçue suivant les directives du Vatican. « L’État prend effectivement ses responsabilités dans l’accueil du pape François, le Saint-Père étant chef d’État. L’Eglise catholique locale a également des dispositions qui lui sont propres par rapport au passage d’un leader religieux, des dispositions qui ne peuvent pas être outrepassées », précise Rinah Rakotomanga.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Cette dame directrice de la communication à la présidence devrait bien mesurer la portée de ses dires . La constitution précise sans ambiguïté la LAICITE de l’état . Madagascar n’est pas le premier pays qui reçoit le souverain pays pontife comme chef de l’église catholique . Ces autres pays n’ont pas cherché à s’auto-justicier comme prétexte le statut officiel de l’invité comme dans le cas d’espèce à faire une OPACITE totale sur les financements de l’état donc des contribuables à cet accueil plus que démesuré . L’état n’a pas à s’immiscer dans les affaires de l’église c’est un principe immuable de la laïcité . Bien qu’encore balbutiant chez nous ce concept du vertu de la conscience va s’imposer tôt ou tard dans la société .Pour l’instant il ne faut pas s’attendre à de bonnes consciences du côté de la société civile ou au parlement pour ériger des balises dans ce sens .

    • C’est une maladresse du journaliste ou du responsable communication de la présidence. Et j’en suis certain qu’il n’y a aucune mauvaise intention. Que l’auteur et les auteurs soient conscients et soient excusés.
      Et que ça sert toujours, encore, et encore d’éducation en progrès constant.

  • Le Vatican est dans l’obligation (terrestre) d’avoir son suivi comptable mondial. C’est bon à savoir pour tout le monde qui l’ignore.
    Et son livre comptable est accessible internationalement quand besoin est requis.
    L’Etat malgache participe au financement du déplacement dans le pays Madagascar du Pape. C’est naturel. Sûrement pas dans l’obligation d’assurer toutes les dépenses que le gouvernement ne peut accéder même avec toute la bonne volonté du monde.
    Il s’agit du Pape lui-même santé, habillement, sécurité, (Dieu sait s’il a un salaire), de l’avion spécial, des gardes du corps, du site Web du Vatican (mise à jour en temps réel, voyez l’humain plus prêt des esprits mondiaux qui ensemble forme l’Esprit UN de Dieu), etc.
    Qu’en est-il du livret comptable unique du gouvernement malgache (union des livres comptables des 6 provinces) ? En 2020 ? En 2024 ?