Editorial

Pape et simple

Une fois de plus le pape François a déjoué l’organisation lors de son déplacement au Mozambique. Il a royalement décliné le séjour dans un hôtel cinq étoiles qu’on lui a réservé. Un geste motivé par ses origines modestes qu’il n’oublie pas et en respect aux pauvres. Les frais d’hôtel inhérents à son jour peuvent assurer le repas de quelques jours des pauvres. Le pape a toujours refusé le luxe et les chichis. Dès son inauguration en mars 2013, il ne cesse de bousculer les traditions pontificales jusqu’à refuser de résider dans le palais du Vatican. Il vient dans l’un des pays les plus pauvres au monde. Il va sans dire que ses principes vont rester les mêmes. Il n’y aura ni banquet ni dîner officiel durant sa visite. Un programme très sobre où il n’y a aucune place pour les excès et le paraître. Même les dispositifs de sécurité risquent d’être chamboulés puisque le pape François aime bien la foule contact et les enfants. Il n’apprécie pas trop qu’on l’éloigne de ses ouailles pour qui il a consenti à faire ce long périple.

Le pape François incarne la simplicité au point de refuser de mettre les chaussures rouges que son rang conseille de mettre. Il vient donc non pas pour tenir des miracles comme d’aucuns le pensent, mais pour montrer des conduites appropriées pour réussir des principes de vie pour combattre la pauvreté. Il le montre dans son comportement et dans ses attitudes sans jamais jouer les donneurs de leçon. Il ne faut pas s’attendre qu’il va résoudre tous les problèmes de corruption, d’insécurité, de pauvreté, de dégradation des mœurs, de grossesse précoce, de déforestation , de braconnage de la faune, de trafic de bois précieux, de cybercriminalité, de droits de l’homme… Le pape François vient pour redonner espoir, pour réveiller la fierté nationale, pour requinquer le moral. Mais tout dépendra des citoyens, de leur volonté de se dépêtrer de cette situation intenable, de la volonté des dirigeants de mettre un terme à un demi-siècle d’errement et de gabegie.

Il est bien évident que le pape François émettra des messages forts et poignants lors de la grande messe de dimanche aussi bien à l’adresse de la population que des autorités, mais il appartient aux concernés de les prendre en compte ou pas. Ce qui est certain, c’est que François ne vient pas en villégiature ni en touriste. À preuve, il dit non au séjour paradisiaque d’un grand hôtel. C’est pour éviter la descente aux enfers.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter