Region

Dispositif permanent de sécurité : Des dignitaires de l’Anosy apportent leur avis

Face à l’insécurité qui semble perdurer dans certaines régions de la Grande île, l’Armée envisage son installation dans ces zones rouges. Des camps militaires seront alors érigés.

Des suggestions. Dans une lettre remise au commandant du 2e Régiment de la région militaire numéro 5, à Taolagnaro, la semaine dernière, des dignitaires de la région Anosy ont fait part de leur point de vue sur l’endroit où devra être installé un nouveau camp militaire dans cette partie du pays. La mise en place de ce nouveau détachement permanent entre dans le cadre du Dispositif permanent rénové de sécurité (DPRS).

Avec la participation de l’Armée dans la lutte contre l’insécurité pour la phase de la pérennisation d’un niveau de sécurité tolérable, les DPRS prendront le relais des éléments déployés dans le cadre des Zones rurales prioritaires de sécurité (ZRPS). Dans ce sens, des camps militaires pouvant accueillir près de quatre-vingts soldats et des équipements roulants, ainsi qu’un hélicoptère seront mis en place dans les zones où sévissent les « dahalo ».

Pour la région Anosy, un DPRS devra être installé dans le district d’Amboasary. Il sera prévu que le nouveau camp soit dans le fokontany d’Ankirikirika, commune rurale de Behara, à 7 km du chef-lieu de district d’Amboasary. « Une brigade de la gendarmerie existe déjà dans le chef-lieu de district. À une vingtaine de kilomètres se trouve, aussi, une compagnie militaire », argumente la lettre.

Carrefour
Les dignitaires signataires de la lettre suggèrent alors que le détachement militaire permanent soit installé dans le fokontany d’Antsarika, commune rurale de Marotsiraka. Selon les explications de Tsimbazafy Abdon Marie Ravelonandro, chef de région par intérim de l’Anosy, « nous faisons cette suggestion car le carrefour des voies empruntées par les dahalo, pour rejoindre le district de Betroka, leurs cachettes et même des repères de ces voleurs de bovidé, se trouvent dans les environs d’Antsiraka. Nous estimons qu’une présence militaire permanente dans cette zone sera dissuasive et permettra de freiner les activités des dahalo ».

Il ajoute que la partie dans laquelle se trouve la commune de Marotsiraka est, également, une zone d’action de projet de développement rural. « Une présence militaire devrait apporter la sécurité et la quiétude nécessaire pour que ces projets portent leurs fruits », déclare encore le chef de région par intérim, en soulignant que le site suggéré est aisément accessible en voiture.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter