Actualités Régions

Mahajanga – Protéger les enfants contre la violence en ligne

Des pédophiles mettent à profit l’intérêt que portent les mineurs à l’Internet, pour les faire tomber dans leur piège. Les journalistes ont été sensibilisés sur la lutte à mener.

«We protect children on line ». La direction régionale de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, dirigée par Jogea  Landry Joelison, avec l’appui de l’Unicef, a organisé jeudi et vendredi, à la Maison des élus à Mahavoky-nord, un atelier d’information  des journalistes et des animateurs média de Mahajanga I, sur la protection de l’enfant contre les abus et l’exploitation sexuelle en ligne. Les membres du réseau de protection des enfants ainsi que le bureau de la Police des mœurs et de la protection des mineurs y ont également participé.
L’objectif de l’atelier est d’informer les journalistes et les animateurs des médias sur les dangers, les opportunités et les mesures qui doivent être prises pour réduire l’exploitation sexuelle en ligne des enfants. Ils ont un rôle d’information et ils contribuent au débat public. Leur action peut avoir un impact sur la perception de la population. La présentation des avantages et des inconvénients de l’internet ainsi qu’un rappel de l’article 67 de la loi 2007-023 sur les droits et protection des enfants, ont précédé l’atelier.

Abus sur Internet
Beaucoup de jeunes, y compris des enfants, sont attirés par l’internet depuis la progression des Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Des gens mal intentionnés profitent de cette évolution pour abuser des adolescents. La violence sexuelle comprend la diffusion ou la détention, la fixation et l’enregistrement en vue de la diffusion, sur un réseau de matériels, d’abus sexuel mettant en scène des enfants, le fait de visiter habituellement des services de communication mettant en ligne de telles images ainsi que l’interaction d’adultes en ligne avec des enfants à des fins sexuelles.
Le programme « We protect children on line », une initiative mondiale, est élaboré pour lutter contre cette exploitation sexuelle en ligne des enfants. Il permet de renforcer les capacités et d’adapter les stratégies communes pour combattre cette nouvelle forme de violence.
Madagascar a été choisi parmi les 17 pays (sur 168 dans le monde), pour la mise en œuvre du programme. La loi sur la cybercriminalité n° 2014/-006 du 19 juin 2014 a été adoptée par le Parlement pour la protection des mineurs contre les criminels potentiels.
Des exemplaires de la loi sur la cybercriminalité et les outils de sensibilisation sur la violence faite aux enfants ont d’ailleurs été  remis aux participants vendredi.

Vero Andrianarisoa