Accueil » Editorial » Jeux de vilains
Editorial

Jeux de vilains

Un an. C’est ce qui reste pour la préparation des Jeux des îles 2023 qui se tiendront à Madagascar. Un rendez-vous important qui concomite avec l’élection présidentielle. On a donc intérêt à finir premier au classement des médailles et premier également dans chaque discipline. C’est l’ambition affichée par les dirigeants depuis la candidature avortée en juillet 2019. Il a fallu le retrait des Maldives pour ré attribuer l’organisation des Jioi 2023 à Madagascar. C’est une occasion pour réaffirmer le leadership de Madagascar dans la région. Ce qui nécessite au préalable une préparation adéquate et des moyens.

Ce qui n’est pas le cas pour le moment. Il n’y a pas encore l’ombre d’un comité d’organisation des jeux. Le concours de logo a été lancé il y a quelques jours mais on ignore quel comité est chargé de faire le choix. A moins que le ministère des Sports air décidé de sa la jouer solo. En tout cas il doit y avoir un comité d’organisation en bonne et due forme. C’est écrit dans la charte des jeux.

On ignore donc à combien s’evaluera le budget des ces jeux. Ce n’est pas trop tôt pour le savoir. Il faudra certainement attendre la session budgétaire du Parlement en septembre pour y voir clair. Le budget devra être impérativement adopté à cette occasion. Mais la construction ou la réhabilitation des infrastructures doit avoir commencé. À part le stade Barea et le palais des sports, les sites existants nécessitent de grands travaux à l’image du stade d’Alarobia dont la piste en tartan a été complètement déchiquetée. Une piste en tartan a été installée au stade Barea mais il semblerait qu’il n’y aurait pas des infrastructures pour les épreuves techniques comme les sauts et les lancers à Mahamasina. Il est peu évident que les épreuves d’athlétisme se disputent en deux endroits différents. Ce serait une première.

Tout est encore flou aussi bien coté organisation qu’au plan préparation des athlètes. Plusieurs disciplines se plaignent déjà de ne pas disposer d’infrastructures pour se préparer. Délogés des sous gradins de Mahamasina, le judo, la lutte, le haltérophilie ainsi que d’autres disciplines n’ont plus où aller. Le basketball se plaint également de ne pas avoir de terrain our préparer l’Afrobasket U 18. Les autres sports de petit terrain à l’image du volley et du handball jouent dans des terrains de fokontany pour finir leur championnat faute d’infrastructures municipales qu’etait l’ancien stade omnisports de Mahamasina.

Tout ne s’annonce pas ainsi facile pour les diverses disciplines retenues pour les jeux des îles. C’est maintenant qu’il faut commencer.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter