Accueil » Chronique » Cuba Salva (2)
Chronique

Cuba Salva (2)

Depuis 1959, Cuba est soumis à un embargo unilatéral des États-Unis. Pourtant. 35 000 médecins et soignants cubains servent dans 70 pays au chevet de 70 millions de personnes. En 2013, le Brésil avait fait appel à 4 000 médecins cubains pour lutter contre les déserts médicaux. Tout récemment, l’Italie, Andorre et un le Territoire français de Martinique ont fait appel à la brigade internationale des médecins cubains pour les aider à combattre la Covid-19. Immunologie moléculaire, histothérapie placentaire, ingénierie cellulaire et transplantation d’organes, ingénierie génétique, neurosciences: ce que Madagascar peut apprendre d’un autre pays du tiers-monde qui a fait de la médecine et de la recherche médicale et pharmaceutique son label d’excellence.

Fidel Castro (1926-2016) et son frère Raoul auront régné 49 + 10 années sur Cuba. Mais, jamais, ils n’avaient été contraints à une EVASAN (évacuation sanitaire) pour aller se faire soigner en Russie, ou en Chine, encore moins en Europe et certainement pas aux États-Unis.

Ce sont les patients étrangers qui se rendent à Cuba. Par exemple, pour le traitement du vitiligo, caractérisé par l’apparition des tâches blanches sur la peau, ils doivent passer de 3 à 5 jours au Centro de Histoterapia Placentaria de La Havane, qui a développé la lotion Melage­nina Plus, un extrait alcoolique de placenta humain, disponible depuis 1998. Et, alors que l’on estime qu’une personne est amputée d’un membre inférieur du fait du diabète toutes les trente secondes, les chercheurs cubains ont mis au point l’Heberprot-P, un médicament présenté en 2016 et qui traite l’ulcère du pied diabétique.

Depuis 1965, et la fondation du Centro Nacional de Investigaciones Cientificas (CNIC), Cuba compte des instituts et laboratoires de haut niveau scientifique: un Centre d’ingénierie cellulaire et de Transplantation d’organes et tissus, un Institut d’hématologie et d’immunologie, un Centre de Neurosciences…

Le centre d’immunologie moléculaire de La Havane a produit en 2011 le CIMAvaxEGF, une thérapie d’immunologie active dans le traitement du cancer du poumon: malgré la «guerre froide» entre les États-Unis et Cuba, le centre américain contre le cancer Roswell Park s’y associa et mena le premier essai clinique en 2017; depuis le 26 septembre 2018, les deux entités collaborent dans une joint-venture de biotechnologie. En 1986, le Centre d’ingé­nierie génétique et biotechnologique (CIBG) a produit le retroviral Interferon Alfa 2b, que les médecins chinois ont depuis incorporé dans la liste des 30 pro­duits pour soigner le covid-19. BioCubaFarma aligne 21 produits (antiviraux, antirythmi­ques, antibiotiques) dans le procotole sanitaire contre le Covid-19.

Cuba a investi un milliard de dollars dans les 21 centres de son industrie pharma­ceutique et la biotechnologie: vaccins innovants, kits de diagnostic et médicaments sont d’abord produits pour satisfaire aux besoins locaux spécifiques avant d’être brevetés et mis sur le marché international: en 2016, ces ventes et les revenus de joint-ventures avec des entre­prises britan­niques, canadiennes, brésiliennes, chinoises, indiennes, ont généré 442 millions de dollars, devant les recettes «tropicales» du sucre, du rhum et du tabac.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi