Politique

Partis politiques – Débat sur la désignation du chef de l’opposition

Des partis politiques s’insurgent après l’annonce de Tiako I Madagasikara (TIM) de se constituer officiellement en opposition. Les débats sont houleux à propos de celui qui devra être le chef de l’opposition. Des politiciens n’admettent pas que tel ou tel parti s’octroie facilement le lead de l’opposition. Pour Lalatiana Ravololomanana, le TIM est le dernier à pouvoir prétendre positionner en tant que contre-pouvoir car plusieurs partis se sont déjà déclarés en tant que tel bien des années avant eux. Cette déclaration ne signifie pas que le statut de chef de l’opposition sera accordé à Marc Ravalo­manana, a fait savoir le Manda ho an’ny Firaisam-pirenena.

Après des années de discussion et jusqu’à présent, aucun terrain d’entente n’a été trouvé entre les acteurs politiques pour déterminer celui qui sera le leader de l’opposition. Aucune désignation à l’issue d’un commun accord par les partis n’a été faite. Depuis le régime de la transition en passant par le quinquennat de Hery Rajaonari­- mampianina, les partis actifs dans les rangs du contre-pouvoir se sont contentés de mener des critiques sans exécuter les dispositions légales sur le statut de l’opposition.

À constater de près la réalité à Tsimbazaza, aucune personnalité n’a jamais été investie à la place de chef de l’opposition. Le poste est resté vacant tout au long du précédent mandat. Les élus se sont contentés de former des groupes parlementaires en changeant de posture à chaque session parlementaire. Toutefois, les politiciens opposants au régime ont tenté d’organiser des conclaves depuis 2014 pour trouver un accord à propos de la désignation du chef de l’opposition. Des centaines de politiciens se sont réunis ici et là pour former une coalition afin de décrocher le septième siège au sein du bureau permanent de l’Assemblée nationale. Des efforts en vains.

Afin de poursuivre la discussion dans cette optique, le Comité pour la réconciliation nationale, (CRN) entend réunir les acteurs politiques afin de consolider le point de vue au sein des opposants.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • le parti TIM ne cesse jamais sa recueille pour reprendre le pouvoir, être l’opposition est son unique chois,tant-il encore de soulevé son parti même si c’est une idée qui ne faudra plus réveillé, et de changé de tactique car même les gens on a marre de leur indifférence,hypocrisie et de l’ignorance de quelque partie

  • Selon la HCC, le moment de la désignation d’un chef de l’opposition se fait uniquement au lendemain des législatives et par au moins un groupe parlementaire. Mais ce n’est pas ce que disent les textes.
    Si en effet, la Constitution et la loi prescrivent que la désignation du chef de l’opposition se fait après les législatives, les textes disent aussi que ce sont les partis d’opposition, et non les groupes parlementaires qui désignent le chef de l’opposition. Les textes doivent être alors interprétés lato sensu.