A la une Politique

Élections communales – Le TIM demande une révision spéciale de la liste électorale

Olga Ramalason, SG du TIM (à g.) demande une révision de la liste pour les communales.

Le parti Tiako i Madagasikara suggère une révision spéciale avant les communales. La CENI est techniquement prête mais demande un budget y afférent.

Correc­tion. Les jeux sont faits. Les nouveaux députés se préparent pour la session spéciale du 16 juillet. Au niveau des écuries politiques, les préparatifs pour les élections communales et municipales sont déjà à l’ordre du jour.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux hier, le parti de Marc Ravaloma­nana, Tiako i Madagasikara (TIM) demande une révision spéciale de la liste électorale. « Après les législatives, nous avons constaté plusieurs anomalies. Des citoyens ont été privés de leur droit de vote alors que certains peuvent voter plusieurs fois. Ainsi, nous demandons une révision spéciale de la liste électorale », annonce Olga Ramalason, secrétaire général du TIM.
Dans le précédent code électoral, la loi prescrit l’ouverture de la liste électorale 48 heures après la sortie de la convocation des électeurs, selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commis­sion électorale nationale indépendante (CENI). Tou­tefois, selon la loi 2018-008 relative au régime général des élections et des référendums, la liste électorale est ouverte le 1er décembre et arrêtée le 15 mai.

Polémique
Ainsi, les décès, les déménagements, les néo-majeurs doivent attendre cette période pour être inscrits ou ôtés de la liste électorale. « Techni­quement, la CENI n’a pas de problèmes majeurs pour réaliser cette révision. Les structures mises en place sont opérationnelles et nous disposons encore de quatre mois. Toutefois, il appartient au conseil des ministres de sortir une ordonnance autorisant l’ouverture du registre électoral », continue Thierry Rakotonarivo
À chaque scrutin, la liste électorale est sujette à polémique. Les dernières législatives n’ont pas été une exception. Même la CENI reconnaît qu’il y a des failles dans ce domaine.

« Il n’y a pas de liste électorale parfaite mais tant que nous adoptons le système alphanumérique, le problème persistera », insiste Hery Rako­to­manana, président de la CENI à chaque fois que cette question est soulevée. La balle est ainsi dans le camp de l’Exécutif d’autant qu’une telle opération requiert des moyens financiers.

« Pendant les communales, nous devons imprimer à nouveau la liste électorale. Tant qu’à faire, la réouverture du registre électoral autorise l’inscription de nouveaux électeurs et le retrait des personnes décédées dans la liste », poursuit Thierry Rakotonarivo
Lors de la dernière révision annuelle de la liste électorale (RALE), les inscriptions ont augmenté de 2%. Il s’agit d’un indicateur du désintérêt des personnes en âge de voter aux élections.

Toutefois, les communales et les municipales sont des élections de proximité. À la lumière des expériences précédentes, le taux de participation est relativement élevé.

Ainsi, la hausse de la demande d’inscription est prévisible à condition qu’une opération de communication efficace soit mise en œuvre.

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Derrière ces gesticulations du TIM on ne pourra pas avoir une lecture politique malsaine . On devine facilement que RAVALOMANANA n’a pas digéré ces récents débâcles électoraux . Il ne faut pas oublier qu’il a mis la barre très haute pour les législatives en misant sur 109 députés élus sous leur couleur . Et puis il y a les communales à l’horizon et rien ne présage que s’il se porte candidat ce serait une simple formalité . Il sent que la mobilisation des seuls militants TIM ne sera pas une garantie formelle de victoire . Alors on cherche à « pinailler » sur la liste électorale pour essayer de ratisser large mais il a oublié que sa femme avec sa gestion communale désastreuse est une vraie épine dans son dos . Même si la liste électorale pose réellement problème on aimerait plutôt entendre l’interpellation d’entités plus crédibles .

  • l’importance est de parvenir a conscientisé les gens,car seul la participation massive des gens peuvent facilité la démarche de l’élection,et pour évité quelque anomalie au court de l’élection,de plus il faut mettre en évidence que le parti TIM va surement dans l’oublie s’il ne réussit plus à l’élection communale qui va venir

  • révision de la liste électorale pour quel but , il faut préciser que si on parle de l’élection maire dans la ville d’Antananarivo , le tim est déjà faible vu l’incompétence de lalao ravalomanana, les tananariviens veulent une personnes expérimenté et qui connait vraiment la réalité dans la capitale, donc, révision ou pas de la liste, c’est le choix de la majorité qui détermine le nouveau élu .

  • La liste électorale est un document administratif, dressé au niveau de chaque Fokontany, qui recense l’ensemble des électeurs ayant rempli les conditions fixées par l’article 3 de la présente Loi organique. Les listes électorales de tous les Fokontany sont centralisées au niveau de la Commission Électorale Nationale Indépendante, dans un Registre électoral national. Le Registre électoral national est permanent et public. Il fait l’objet d’une révision annuelle dans les conditions fixées par les articles 33 et suivants de la présente Loi organique. Le Registre électoral national est accessible à tous et à tout moment auprès de la Commission Électorale Nationale Indépendante.