Accueil » Magazine » Transport – La liberté de circulation interrégionale souhaitée
Magazine

Transport – La liberté de circulation interrégionale souhaitée

Les impacts de l’interdiction de circuler entre les régions touchées par le covid-19 et l’application de l’état d’urgence sanitaire à Madagascar, continuent de s’amplifier. Une mère de trois enfants est « séparée » de sa famille qu’elle a laissée dans la région Vakinankaratra depuis le début du mois de mars.

« Je suis venue à Mahajanga pour rendre visite à mon fils et à sa famille, comme je le fais souvent. Mais je suis bloquée ici depuis près de trois mois. J’implore le président de la République de trouver une solution car mon ménage est menacé, mon dernier fils a besoin de moi, je suis à court d’argent, j’ai besoin de ma famille », déplore la mère de famille. Son mari s’occupe de leur fils de 12 ans à Antsirabe depuis cette séparation géographique.

Une autre personne, un sexagénaire, témoigne qu’il était retenu dans la capitale pendant deux mois depuis le 9 mars. Il devait rentrer à Mahajanga le 23 mars, après avoir effectué un bilan général de santé à l’Institut Pasteur de Madagascar. Il a dû prendre un taxi-brousse clandestin au début du mois de mai pour pouvoir rejoindre sa famille, et payer 135 000 ariary pour le transport. « Nous étions quatorze dans le véhicule, quatre sont descendus à Ambondromamy. On nous a laissés à Ankorefo, près de la station WWM, pour prendre un bus suburbain afin d’éviter le contrôle sanitaire », raconte ce grand-père.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi