Social

Pollution de l’air – L’inconscience du danger des gaz nocifs

Les véhicules et les « lutteurs contre la pollution de l’air » côte à côte pendant l’évènement une heure sans moteur.

L’évènement une heure sans moteur pour la réduction de la pollution de l’air est un échec. Des mesures répressives sont annoncées.

9 heures tapantes dans l’axe Ambohi­jatovo. Le moteur de tous les véhicules autour de cet axe tourne. Aucun chauffeur n’a respecté l’évènement une heure sans moteur de 9 heures à 10 heures, initié par le ministère de l’Environ­nement et le développement durable, dans le but de contribuer à la réduction de la pollution de l’air à Antananarivo. Les agents de circulation n’ont pas soutenu cette initiative. Au lieu de stopper les véhicules, la plupart d’entre eux ont assuré leur mission quotidienne, coordonner la circulation pour assurer la fluidité. Cela a été le cas dans presque toute la capitale, et même en dehors de la ville, sauf à Analakely, où des agents de police ont interdit temporairement la circulation des véhicules.

Les quelques centaines de participants à la marche verte d’Ambohijatovo à Mahamasina, ont croisé sur leur chemin des véhicules, moteur allumé. Ces manifestants se sont même fait dépasser par des véhicules à deux roues qui dégageaient des fumées. L’échec de cet évènement a été confirmé par le carnaval des musulmans qui ont célébré, hier également, la rupture du jeûne du mois de ramadan.

Particules nocives
Dans un cortège long d’un kilomètre, comprenant des véhicules particuliers, des véhicules de transport en commun, des scooters, ça a klaxonné de partout. Même lorsqu’ils ont croisé les « défendeurs de l’environnement », qui se faisaient petits devant eux.
Apparemment, personne n’est conscient de l’impact des gaz d’échappement des véhicules, sur l’environnement. Les études réalisées par les techniciens de l’Institut national des sciences et des techniques nucléaires ont pourtant démontré, que les véhicules sont les principaux facteurs de la pollution de l’air à Antananarivo. Les valeurs des particules fines dépassent quatre fois à cinq fois plus les normes, sous les tunnels d’Ambanidia et d’Ambohidahy, notamment, le jeudi et le samedi, avec les embouteillages. Ces particules sont nocives.

« La situation est vraiment alarmante », déclare Ratafika, directeur de cabinet du ministère de l’Environnement et du développement durable, lors de la célébration de la journée mondiale de l’Envi­ron­nement, hier. « La structure de la Veille sanitaire a déclaré que sur sept décès, il y a un mort causé par la maladie pulmonaire. D’ici peu, il y aura de plus en plus de gens qui vont mourir de la maladie respiratoire, s’il n’y a pas changement de comportement », poursuit-il.
Le ministère annonce des mesures répressives.

« Il y a autant de véhicules qui circulent encore à Antananarivo, des vieilles véhicules, des véhicules déjà usagés, les véhicules à deux roues, dont le nombre augmente de plus en plus. Nous allons prendre des mesures et travailler avec la Gendarmerie nationale, pour suspendre voire empêcher ces voitures là de circuler. Nous allons collaborer étroitement avec la division de la visite technique pour exempter de délivrer des autorisations pour les véhicules qui polluent », poursuit la source.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter