A la une Politique

Fraudes électorales – Vague de plaintes en vue

Outre la faible participation, le scrutin du 27 mai est très contesté.

Les contestataires des élections législatives affluent dans la capitale pour occuper le terrain médiatique. Le TIM figure parmi les plus actifs.

La pression monte à l’approche du 15 juin, date limite du dépôt des plaintes et recours sur les dernières élections législatives. Après avoir occupé le terrain dans leur circonscription respective, les contestataires sont « montés » dans la capitale pour occuper le terrain médiatique. Evidemment, les candidats Tiako i Madagasikara (TIM) se montrent les plus actifs au front des contestations mais des indépendants sont également engagés dans la bataille. Réunis dans leur quartier général à Bel Air hier, les candidats TIM se montrent confiants et affirment « être en possession de preuves concrètes sur l’existence de fraudes massives » lors du scrutin du 27 mai.

«Ces preuves vous seront communiquées en temps voulu mais vous comprendrez que pour des raisons stratégiques, nous préférons les garder pour les plaintes. Le TIM a déjà déclaré que cette fois-ci, il ne se laissera plus faire et nous avons déjà appris les leçons des présidentielles », déclare un des candidats dans un des arrondissements de la capitale.

Bataille juridique
Cette formation politique fondée par l’ancien président Marc Ravalomanana semble ainsi jeter toutes ses forces dans la bataille juridique. Plusieurs délégations venues des régions sont ainsi arrivées dans la capitale pour assister leurs collègues d’Antananarivo. À la différence des autres contestataires, des candidats donnés vainqueurs par les tendances publiées par la Com­mission électorale nationale indépendante (CENI) sont également engagés sur le front de la contestation.
«La solidarité est importante pour nous mais c’est aussi et surtout pour montrer qu’il ne s’agit pas d’un simple orgueil du perdant mais d’une lutte commune pour dénoncer et pour contrer l’impunité des fraudeurs et pour sauver le pays», souligne Alain, candidat donné largement vainqueur dans le district d’Anta­nanarivo Atsimondrano.

Mais l’autre sujet de discorde qui risque de coûter cher au clan Rajoelina est la plainte lancée à l’encontre des tournées nationales que le chef de l’État a réalisées en parallèle à la campagne électorale. Des candidats de la plateforme IRD ont été vus à ses côtés durant les meetings organisés en marge de ces tournées. Au moins deux articles de la Constitution stipule l’illégalité de l’implication du chef de l’État dans les affaires électorales ainsi que son soutien directe ou indirecte à des candidats. Outre la disqualification ou l’annulation pure et simple de voix, le président risque jusqu’à déchéance si la HCC juge fondée les accusations.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • L’express qualifié à tort comme un journal  » sérieux  » démontre encore son parti pris et sa ligne éditoriale  » tendancieuse  » insupportable . Ce torchon toxique qui n’a jamais caché son penchant pour le régime de Rajaonarimampianina mérite d’être sans combattu sur le plan des idées . Sibeth NDIYAE la porte-parole du gouvernement Français a clairement dit que les journalistes sont « des justiciables » comme les autres . On attend avec impatience les réformes ou amendements apportés dans le très controversé code de la communication de l’ancien régime que d’ailleurs l’Express n’a jamais publiquement critiqué en tous cas par ces éditorialistes .
    Pour la disqualification voire la déchéance du PRM actuel pour  » propagande déguisée  » faisant le jeu du TIM un parti qui n’a pas les vertus du fair play en éthique politique , ce journal feint d’ignorer que lors de la descente dans la capitale du PRM il y avait à ses côtés des partenaires financiers et des ambassadeurs pour constater l’état d’avancement des travaux d’épuration des canaux d’évacuation d’eau dans les bas quartiers . C’est un fait lourd de sens juridique dans les prérogatives présidentielles lors du traitement des contentieux électoraux au niveau de la HCC. Ce qui va coûter cher pour ce journal plutôt et son patron de presse qui prône la  » refondation » (sic) c’est qu’ils vont perdre de plus en plus de crédibilité auprès des lecteurs avisés .

  • c’est normale si ce sont les candidats du parti TIM qui soient le plus actif car leur chef n’acquière pas sa défaite,de plus il crois qu’il a encore sa force du passé à l’époque ou il s’est proclamé lui même,d’être le dirigent mais ce n’est plus le même cas car chacun a rend compte la maline-té de Marc qui ne fait que détourné la tension des gens

  • Le principal parti d’opposition accuse le gouvernement de contrôler la Commission électorale et de préparer des fraudes massives. La manifestation a été une occasion pour les partisans du candidat n°25 de faire des grands déballages sur les fraudes électorales massives.

  • Et bien parmi les actif TIM ceci n’st pas étonnons ! Vu qu’ils sont des perdant il n’aime pas accepter leurs défaite ors que a ce peut Il faut savoir perdre pour gagner! c’est sur que la plus part d ceci sont des fraude ainsi que du non respect à la constitution!! C’est qu’on puise dire c’est que vas-y déposait les mais ne vous étonne pas si tout est rejeter vu que ce n’est qu’une illusion et des choses créer dans votre tête