Accueil » Actualités » Om-Gui décède dans un accident de la route
Actualités Culture Faits divers

Om-Gui décède dans un accident de la route

Le leader du groupe «Ny Ainga » a péri dans un accident de la circulation, hier. Il allait donner un concert à Manandona.

Un dernier spectacle qu’il ne va jamais donner. La mort a happé, hier, en début d’après-midi, Guillaume Marie Rabesaiky, président du groupe de country Ny Ainga, devenu célèbre sous son nom d’artiste Om-Gui. Un décès brutal qui vient l’emporter à l’âge de cinquante-trois ans. Directeur de cabinet auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, il a péri à bord de son véhicule de fonction.
Le groupe  dont il est le leader, était attendu à Manan­dona à 14 heures, pour un spectacle. Aux alentours de midi et demi, à l’approche d’Antsirabe, à une dizaine de kilomètres de l’entrée Nord, sa Kia Sportage II, a fait une sortie de route à l’entrée Nord de la ville d’eaux, à la hauteur de Tombontsoa.
À la lumière des informations communiquées, le tout-terrain était lancé à toute vitesse. Le chauffeur aurait  commis l’irréparable en doublant trois taxis-brousse d’affilée, dont une Mercedes Sprinter ainsi que deux Mazda. Le 4×4 s’est déporté sur le côté gauche de la route, hors de la chaussée, où se trouvait une dénivellation entre la chaussée et l’accotement.
Devenue incontrôlable, la Kia Sportage s’est précipitée vers sa droite, lorsque le chauffeur a tenté de la redresser tant bien que mal. Des témoins oculaires indiquent en revanche qu’un véhicule aurait surgi de la direction opposée. En poursuivant  sa course folle, le 4×4 a percuté de plein fouet un tronc d’arbre, pulvérisant sur son passage un lieu d’aisance, avant de verser dans le caniveau, sur le bas-côté.
Spectacle maintenu
Om-gui a été tué sur le coup, de source auprès de la Brigade de la Sécurité de la Routière de la gendarmerie à Antsirabe. D’autres sources indiquent qu’il aurait rendu l’âme à son arrivée à l’hôpital. Le groupe, Ny Ainga, sur sa page Facebook, a, pour sa part, affirmé pendant plusieurs heures, que son leader continuait à lutter alors que les RIP (Rest in peace) se multipliaient sur Facebook. Il n’a confirmé le décès que vers la fin de l’après-midi.
Des chocs au niveau de la nuque et de la poitrine ont été fatals à l’artiste. Bien que blessés, ses quatre compagnons d’infortune sont hors de danger. Les dégâts sont importants sur le 4×4. Om-Gui était installé sur le siège avant, « le côté le plus endommagé du véhicule », explique le commissaire Damy Talily, chef de la brigade régionale de la sécurité publique de la région Vakinankaratra.
Le corps inerte de l’artiste a été placé à la morgue de l’hôpital luthérienne d’Andranomadio à Antsirabe. Bien que la mort ait emporté son leader, le groupe « Ny Ainga » n’a pas manqué son rendez-vous avec ses fans à Manandona. Contre vents et marées, le spectacle a bel et bien eu lieu, pour ne se terminer qu’en fin d’après-midi.

POLITICIEN ET ARTISTE

Juste après l’accident la foule était venue nombreuse  pour assister ou simplement pour voir les dégâts. (Photo : Angola Ny Avo)
Juste après l’accident la foule était venue nombreuse pour assister ou simplement pour voir les dégâts. (Photo : Angola Ny Avo)

Frère de l’époux de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Monique Rasoazananera, Om-gui ou Guillaume Marie Rabesaiky a été nommé directeur de cabinet au sein de ce département ministériel avec l’avènement du gouvernement Mahafaly. Le quinquagénaire occupait également le poste de président du conseil d’administration du Centre National de Télé-enseignement de Madagascar (CNTEMAD).
Hormis son talent d’artiste, il a également été élu député sous le régime Ravalomanana, sous la bannière Ny Asa Vita no Ifampitsarana (AVI), il avait également travaillé dans le monde de l’audio-visuel.
Om-gui a par ailleurs  jeté son dévolu sur l’art. Auteur compositeur renommé, il a plus d’une centaine d’œuvres à son actif, dont la plupart sont intégrées dans le répertoire de son groupe. Également écrivain, il a publié le livre « Ainga sy Voitra ». Les films radiophoniques « Ady Saritaka » et « Ratram-pitia », font de surcroît partie de ses œuvres. Sentimental, il a écrit le poème « Lasa izy…saingy », un poème de dix strophes… annonce d’un départ sans retour

Seth Andriamarohasina & Angola Ny Avo

Voir aussi