Accueil » A la une » Soanierana Ivongo – Il tue sa femme et s’enfuit
A la une Faits divers

Soanierana Ivongo – Il tue sa femme et s’enfuit

Ce  crime  atroce  a  eu  lieu  dans  le  district  de  Soanierana Ivongo.

La gendarmerie de Soanierana Ivongo est sur les traces d’un jeune homme soupçonné du meurtre odieux de sa femme, vendredi. L’arme du crime, un coupe-coupe a été saisi.

Monstrueux. Le corps sans vie, charcuté, d’une jeune femme, âgée de 20 ans, a été découvert dans des buissons, à Antsifatra Antanifotsy, district de Soanierana Ivongo, samedi matin. Elle avait été victime d’un meurtre abominable.

C’est son propre mari, âgé de 24 ans, qui aurait pu commettre cet homicide, selon les informations reçues au niveau de la brigade locale. La gendarmerie se met actuellement à sa recherche. Sa mère, habitant dans une commune voisine d’Antanifotsy, a été interrogée le weekend. Pourtant, elle a affirmé ne pas avoir trouvé son fils. La famille élargie a expliqué que ce jeune homme aurait pu se donner la mort. D’après elle, ce dernier a un comportement suicidaire. Cela n’empêche pas les gendarmes de continuer la poursuite.

Macabre

C’était un vendredi matin, la victime est partie avec une amie à la plage pour acheter du poisson frais. « Son mari les a suivies. En cours de route, il lui a demandé de parler avec lui. Entre-temps, l’autre femme ne s’est pas arrêtée. C’était la dernière fois qu’elle les a vus. Elle attendait jusqu’au soir, mais son amie n’est plus revenue. Elle a alors prévenu le voisinage », relate un gendarme au téléphone. Le lendemain, des chasseurs ont fait la découverte macabre dans la forêt. Suivant les constatations effectuées, la dépouille est celle de la jeune femme qui a disparu la veille. Son panier a été récupéré à côté d’elle. La machette, le tee-shirt et les sandales de son époux étaient également là.

L’enquête n’a pas tardé à donner un résultat. Les fins limiers ont ciblé le principal suspect, actuellement insaisissable.

À la lumière des premiers éléments du renseignement glané, le couple était confronté à un problème conjugal. La semaine passée, ils ont procédé au partage de leurs biens. « Depuis, ils ont encore cohabité. Toutefois, ils avaient chacun leur vie », souligne la gendarmerie chargée de l’affaire.

L’assassinat est probablement parti du conflit dont l’origine reste encore floue. La défunte a été laissée à la famille.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi