Accueil » A la une » Conjoncture – Désarroi des travailleurs et des employeurs
A la une Economie

Conjoncture – Désarroi des travailleurs et des employeurs

Le secteur privé au lancement de la session parlementaire au Sénat.

Aucune mention du secteur privé et de l’économie en général lors du discours du président de la République dimanche. Le secteur privé tire la sonnette d’alarme.

MITIGATION. Le déni des problèmes économiques liés à la pandémie de coronavirus du moins dans les discours officiels commence à faire réagir le secteur privé. Deux communiqués de presse allant dans ce sens ont émaillé les colonnes des quotidiens hier. L’un à mettre sur le compte du patronat et des travailleurs et l’autre sur le compte des acteurs du tourisme. «Nous avons suivi avec attention le discours de son Excellence le président de la République de Madagascar et n’avons malheureusement retenu aucune mention à l’attention du secteur privé, et encore moins du secteur privé du tourisme», a lancé la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM). Dans un tout autre registre, le communiqué du patronat et des travailleurs rappelle les difficultés par lesquelles les entreprises passent actuellement et évoque explicitement la mise en chômage technique.

«Dans ce contexte, et vu que les entreprises et leurs salariés contribuent de manière conséquente à la caisse de l’état, il est indispensable que l’état les soutienne en prenant en charge ces pertes de salaires (liées au chômage technique)», peut-on lire dans le communiqué qui propose le recours à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) pour aider les travailleurs.

Plan de mitigation

Il est par ailleurs indiqué que la paie du mois d’avril es t plus que jamais menacée. «à défaut de mettre en place sans tarder les modalités pratiques de cette prise en charge immédiatement, des milliers de travailleurs risquent de se retrouver dans le dénuement le plus total».

Pour le secteur du tourisme, la CTM parle de quarante quatre mille emplois directs et trois cent mille emplois indirects impactés. Cela concerne au total un million et demi de Malgaches fait savoir le communiqué de la CTM.

Dans le courant du mois d’avril, les ministères de l’Industrie et de l’économie ont lancé la confection d’un plan de mitigation pour le secteur privé. Le patronat a été consulté pour l’élaboration du plan qui devrait être financée en grande partie par les partenaires techniques et financiers. Interrogé sur la publication de ces communiqués dans la presse, le directeur du cabinet du ministère de l’Industrie David Ralambofiringa a préféré ne pas réagir. D’après des indiscrétions, le document serait en attente de validation. «Il devrait être discuté au prochain conseil des ministres», indique une source informée qui prévient que des arbitrages ont été nécessaires à cause des moyens limités.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi