Accueil » A la une » Consommation – Les prix des PPN balisés
A la une Politique

Consommation – Les prix des PPN balisés

Le  ministre  Razafindravahy  face  à  la  presse,  hier.

Le ministre de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation a annoncé hier les prix plafonds de certains PPN. Une mesure anti-inflationniste.

Ouf! Les uns n’y croyaient pas, les autres s’en moquaient. Après une semaine de rudes négociations avec tous les acteurs concernés par les Produits de première nécessité, le ministre de l’Industrialisation, du commerce et de la con­- sommation, Edgard Raza­findravahy a publié hier au cours d’une conférence de presse, les prix plafonds de certains produits. Il s’agit du sucre, de l’huile, du riz importé, de la farine, du ciment et du gaz.

Une première victoire dans la protection des consommateurs face à la hausse des prix causée surtout par la conjoncture internationale. « Le pays traverse une période difficile avec la conjoncture internationale qui perturbe le marché. Il est très difficile aujourd’hui de trouver des produits à importer. Or on sait que nous dépendons à 80% des importations et nous subissons la fluctuation des prix » a souligné le ministre Razafindravahy.

Une situation qui a amené l’État à intervenir pour protéger les consommateurs grâce aux dispositions de la loi 2018-020. Le conseil des ministres a ainsi autorisé le plafonnement des prix de certains produits après consultation du secteur privé.

Sans pression

« J’ai négocié, essayé de convaincre tous les acteurs concernés par les PPN depuis les importateurs aux détaillants en passant par les grossistes. Tout le monde a fait preuve de patriotisme en acceptant des marges minimales en toute liberté sans la moindre pression. Les décisions ont été prises avec l’accord de tous », révèle le ministre Razafin­dravahy. Un premier pas est fait. Maintenant il s’agit de respecter ce qui a été convenu en sachant très bien qu’il s’agit de prix plafonds et non de prix appliqués.

Certains prix plafonds comme celui du ciment fait ainsi jaser étant donné que le prix plafond est supérieur au prix sur le marché aujourd’hui. Tant mieux, demain le prix pourrait augmenter mais ne pourra pas dépasser le prix plafond. En tout cas, les contrevenants quels qu’ils soient seront sanctionnés.

Le plafonnement durera trois mois et sera renouvelé si la situation ne s’améliore pas. Entre-temps l’État à travers le Micc s’attelle à concrétiser son projet ODOF ( One district, One factory) pour pouvoir produire sur place les produits dont on a besoin. C’est le seul moyen pour se débarrasser de la dépendance aux importations. Ainsi les deux huileries d’Ambatofinandrahana et de Manandriana seront bientôt fonctionnelles de même que les sucreries de Mahata­laky et Boeny. L’usine sucrière de Brickaville devrait également redémarrer bientôt.

Le tout contribue à la réalisation du velirano du président de la République concernant le développement industriel. En attendant, les commissaires du Micc veillent au respect des prix des PPN qui seront appliqués à partir de lundi à la demande des détaillants.

Les prix plafonds

Huile en vrac (20l): 7.900 Ar /L

Huile soja (20l): 9.100 Ar /L

Huile cachetée (12 bouteilles/carton): 9.500 Ar /L

Sucre Namakia: 2.750 Ar /Kg

Sucre Ambilobe: 2.600 Ar /Kg

Sucre Importé: 3.600 Ar /Kg

Farine locale et importée: 3.600 Ar /Kg

Riz importé: 2.200 Ar /Kg

Ciment: 39.000 Ar /Sac

Gaz: 4Kg – 24.500 Ar, 9Kg – 57.700 Ar, et 12 Kg – 82.500 Ar

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter