Accueil » A la une » Lutte contre la covid-19 – Des mesures raisonnables et réalistes
A la une Actualités

Lutte contre la covid-19 – Des mesures raisonnables et réalistes

Pour éviter les longues queues, les pharmacies de garde ont été renforcées.

L’État essaie d’allier les impératifs sanitaires aux enjeux socio-économiques. Le président de la République en appelle à la responsabilité de chaque citoyen pour éviter le confinement.

Briser la chaîne de con­tamination du coronavirus, tout en préservant l’économie. Un exercice d’équilibriste que l’État a dû concéder à faire dans la riposte à la deuxième vague de propagation du coronavirus.

Au regard des différentes réactions suite à son discours, samedi soir, les mesures annoncées par Andry Rajoe­lina, président de la Répu­blique, ont été relativement bien reçues par l’opinion publique. Cette fois, d’autant plus que la prestation présidentielle n’a pas été dispersée. Le locataire d’Iavoloha est allé droit au but. Dans une allocution humble et solennelle, le chef de l’État a fait le point sur une situation sanitaire inquiétante.

Le président de la Répu­blique souligne, notamment, qu’en deux semaines, les chiffres officiels rapportent plus de cent décès. Depuis le début de l’épidémie, jusqu’à il y a un mois, pourtant, Madagascar n’a enre­gistré officiellement, qu’un peu plus de trois-cents décès. À cela s’ajoute la hausse incessante des formes graves. Andry Rajoelina souligne, du reste, qu’à cause du variant sud-africain, les personnes contaminées par la Covid-19 passe de la forme modérée, à la forme grave en quelques jours.

Prise de conscience Partant du constat que l’heure est grave, la décision de décrété une nouvelle quinzaine d’état d’urgence sanitaire s’est donc, imposée, avec des mesures d’accompagnement. Le chef de l’État indique, toutefois, que le confinement n’est pas à l’ordre du jour, « pour l’instant ». Il concède que cette mesure drastique et rigide a eu des conséquences dramatiques sur l’économie.

Dans son discours, le Président indique que l’État compte capitaliser sur les expériences et les leçons tirées de la stratégie appliquée pour riposter à la première vague de contamination du virus. Un des constats, l’année dernière, est qu’il a été difficile de faire respecter le confinement à la population.

Déjà l’indiscipline et l’inconscience d’une partie des citoyens, a fait que le confinement n’a été qu’un vain mot, dans certaines villes. Il y a, aussi, la faible résilience d’une grande partie des ménages que les aides sociales n’ont pas suffi à combler. Face à cette deuxième vague alors, les mesures édictées sont dosées. A part les boîtes de nuit, les bars et les karaokés, les activités économiques et professionnelles sont autorisées.

Pour limiter la propagation du virus, toutefois, les collectivités considérées comme épicent de l’épidémie sont placées en quarantaine. Il s’agit de la région Analamanga, Boeny, Atsi­nanana, SAVA et la ville de Nosy Be. Ceux qui doivent rentrer dans ces localités peuvent, néanmoins, le faire à condition de présenter des pièces justificatives de résidence. Un couvre-feu de 21 heures à 4 heures est, également, édicté. Les écoles et universités fermeront durant quinze jours.

Le nombre maximum autorisé pour une réunion publique est, par ailleurs, réduit à cent personnes. En contrepartie à ces mesures sanitaires modérées, l’intransigeance sera de mise sur le respect des gestes barrières. L’État compte, également, renforcer la prise en charge des malades. La répartition de la prise en charge des patients selon leur état de forme au niveau des Centre de santé de base (CSB), les Centre de traitement Covid-19 (CTC-19), et les centres hospitaliers est rappelée par le Président.

Le renfort de bouteille d’oxygène afin d’éviter les pénuries au sein des hôpitaux est aussi, souligné par le chef de l’État. « Nous allons utiliser tous les moyens possibles pour vaincre cette épidémie et soigner les malgaches », déclare Andry Rajoelina. C’est ainsi, qu’il annonce que deux types de vaccin ont été validés pour être utilisés à Madagascar. Qu’ainsi, la Grande île s’est inscrite au programme COVAX de la Banque mondiale.

À entendre le président de la République, les mesures sanitaire édictées ira crescendo , suivant l’évolution de la situation. Qu’un reconfinement est toujours dans les plans. Aussi, pour éviter d’en arriver là, il lance un appel solennel à une prise de conscience et à la responsabilité de chaque citoyen. Dans cette guerre sanitaire, la conscientisation de la population et inspirer une autodiscipline est, visiblement, le plus grand défi des autorités. Hier encore, des centaines de personne ont bravé les risques sanitaires pour les petits plaisir du lundi de Pâques.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Des mesures TARDIVES qui vont impacter sérieusement la stratégie de la maîtrise de l’épidémie . La principale explication c’est que le président de la république était dans le même tempo depuis un an avec le président Tanzanien John MAGUFULI décédé récemment du covid 19 . Ils étaient sur la même longueur d’onde à savoir pas de vaccin mais les plantes et Dieu (sic) . L’ Artémisia est bien une plante qui compose le CVO qu’une pseudo-prophétesse Brésilienne a présentée comme le remède-miracle qui va sauver le monde . Le PCA de Pharmalagasy a encore ressassé cette ineptie en arguant que le CVO va concurrencer le vaccin partout dans le monde . Puis il y a eu cette fameuse  » prière pour la nation  » à Mahamasina . Le pape hier encore a insisté dans son homélie pascale sur le partage aux pays pauvres des vaccins . Il y a maintenant le variant Tanzanien qui inquiète les scientifiques car bien plus meurtrier que le variant Sud Africain avec ces 40 mutations . La grande Bretagne avec 60 % de sa population qui a reçu une seule dose du vaccin Astrazeneca n’a connu aucun décès et les gens vivent la liberté SANS MASQUES . Israël va débuter fin mai la vaccination des moins des 15 ans . La réalité ou les fantasmes des complotistes concernant le vaccin Astrazeneca sont battus en brèche par une explication simple : faute iatrogène par injection intraveineuse et non intra-musculaire stricte à l’origine des cas rares de thrombose veineuse cérébrale . L’OMS dans son dispositif COVAX continue à déployer le vaccin ACSTRAZENECA parce que la balance bénéfices/risques est toujours en faveur du vaccin . Pfizer et Moderna sont efficaces à 93% contre les variants tandis que Johnson et Johnson n’est qu’à 51 % . Le refus puis l’inaction et les manoeuvres dilatoires du gouvernement pour une campagne de vaccination depuis début février 2021 ne permettront pas d’atteindre l’immunité collective avec 10 millions de Malgaches vaccinés c’ici le début de la saison hivernale . Autrement la courbe exponentielle des cas contaminés , des formes graves et des décès risquent encore de s’empirer .
    Les autres mesures prises par le président de la république relèvent du bon sens et du pragmatisme . Mais ces efforts se heurteront sur la pauvreté des Malgaches et l’absence de la culture de la discipline comme dans les pays asiatiques . Il n’y a pas d’autres choix que décréter l’état d’urgence sanitaire en appliquant ces mesures restrictives impactant sur les libertés individuelles . L’étude de Standford en comparant 8 pays qui ont eu recours à des confinements stricts et deux autres pays la Suède et La Corée du sud gérant l’épidémie de façon plus souple et moins coercitive . Résultat : la circulation de la maladie est sensiblement la même ,confinement ou non . Par contre la Nouvelle Zélande une île comme nous avec la fermeture de ses frontières et un confinement total est citée comme le premier pays modèle pour la gestion de l’épidémie . Madagascar est un pays pauvre que l’économie ne pourra pas supporter économiquement et socialement parlant une autre mise sous cloche .
    L’histoire retiendra que Madagascar par l’obscurantisme et l’irresponsabilité de ses dirigeants s’est engouffré dans l’irrationnel en repoussant la prouesse technologique du vaccin que le génie humain a offert à l’humanité dans un ultime espoir de mettre un terme à l’épidémie du COVID 19 . Son revirement par la force des choses en constatant certainement ces décès est l’aboutissement d’une prise de décision à contre-coeur . Parler de  » criminels  » cadreraient bien à ce contre-temps délibéré lourd de conséquences sur la santé de 25 millions de Malgaches .