Accueil » Sport » Disparition – Bertin Andriamiharinosy s’est éteint
Sport

Disparition – Bertin Andriamiharinosy s’est éteint

Coup de tonnerre. La grande famille du handball malgache perd un de ses « Ray amandreny ». Un grand monsieur du sport du pays, plus particulièrement du handball, Bertin Andriamiha­rinosy s’est éteint hier à l’âge de 80 ans à son domicile à Antanambao sur la route nationale 3.

Fragilisé par un accident vasculaire cérébral il y a une quinzaine de jours, il a été admis à l’hôpital et décède trois jours après sa sortie. Bertin a été toujours qualifié par les férus et pratiquants de la discipline comme le « Père du handball malgache ». « Il était le premier pratiquant du handball à Madagascar… et il était de quatrième et dernier rescapé des quatre fondateurs du club Saint Michel handball », révèle le président de la Fédération malga­che de handball, Fidèle Raza­fintsalama.

Dans sa carrière de joueur, il avait participé aux Jeux de la communauté dans les années 60, aux Jeux Africains de Congo Brazzaville en 1965, puis en Algérie…

Sportif complet

Con­ver­ti en technicien et entraineur, il avait encadré l’équipe nationale masculine à la première participation malgache au championnat d’Afrique en 1974 en Tunisie durant lequel la Grande île terminait septième dans le continent.

Outre son poste d’entraineur au sein de Saint Michel, le club le plus titré du pays avec vingt et un sacres pour les garçons et quatre pour les filles, on lui avait confié pendant des années le poste de directeur technique national. Il était un technicien très sollicité non seulement à Madagascar mais aussi par la fédération mauricienne qui l’avait également nommé directeur technique national de 1992 à 2002.

«Il était un athlète complet, spécialiste du sprint 400m et en natation outre sa carrière de handballeur et de footballeur », relate son fils, Tilo Andriamiharinosy.

Il était un grand joueur de football, défenseur de Saint Michel football mais aussi à Taola­gnaro et surtout promoteur du handball à Toliara, poursuit Tilo. Il était d’une famille très sportive pour citer que son frère cadet Augustin Andria­- mi­harinosy, dit Baovola, une légende du football malgache et Tilo Andriamiharinosy, ancien grand champion au sein des Masindahy, actuel entraîneur national. Il était aussi journaliste rédacteur dans un quotidien local dans les années 2000 et auteur de quelques livres sur le handball et le football…

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter