Accueil » Faits divers » Amboasary Sud – Un bénéficiaire du projet Fihariana attaqué
Faits divers

Amboasary Sud – Un bénéficiaire du projet Fihariana attaqué

Liliane Zafisoa et son mari Tsihose à l’hôpital d’Ambovombe.

Un chef de famille, bénéficiaire du financement du projet présidentiel Fihariana, se trouve actuellement hospitalisé à Ambovombe. Sept bandits armés voulaient sa mort.

UN père de famille, âgé de 46 ans, est soigné au centre hospitalier de référence régionale (CHRR) Monja Jaona, à Ambovombe. Il a été attaqué chez lui, à Ambasy Berano Ville, dans le district d’Amboasary Sud, le jeudi 1 avril, vers 23h30, par sept individus équipés de fusils et d’armes blanches.

Le quadragénaire est un pêcheur. En février, il a bénéficié d’un financement de Fihariana, un projet présidentiel, d’un montant s’élevant à 7 millions d’ariary. Selon sa femme, Liliane Zafisoa, les malfaiteurs comptaient dérober cet argent.

Trois des braqueurs, portant chacun un fusil, ont été identifiés comme les voisins des victimes. Ils opéraient à visage découvert. Ils se sont introduits chez leur cible en pleine nuit. Sans crier gare, ils ont charcuté le chef de famille. La femme a réussi à fuir la maison avec l’argent. Elle s’est cachée dans une forêt de cactus. Les criminels ont vainement tenté de la retrouver en laissant pour mort son mari. Leurs enfants ont été épargnés.

Le blessé a été évacué d’urgence vers Ambovombe. Il a été dans le coma pendant soixante-douze heures. Sa tête et son dos présentent de grandes estafilades.

Insécurité

« Je m’adresse au président de la République. Je vous demande d’observer de près l’insécurité qui sévit à Amboasary Sud, surtout chez nous à Ambasy où se trouvent les dahalo, auteurs de l’acte. », se plaint Liliane Zafisoa en tirant la sonnette d’alarme sur l’insécurité ambiante dans leur district.

« C’est vrai, jusqu’à présent, il n’existe ni un poste avancé de la gendarmerie ni des militaires détachés dans la commune de Berano Ville. Le lendemain du hold-up, une famille dans un autre hameau a perdu près de cinquante zébus. Un villageois a été assassiné. » raconte un notable.

La famille du bénéficiaire du financement a également affirmé être exposée à un danger suite à des menaces proférées par ses assaillants. Ces derniers auraient prétendu avoir les moyens pour échapper à la justice et à la prison.

Saisie de l’affaire, la brigade de la gendarmerie d’Amboasary Sud a dépêché des hommes pour arrêter les criminels.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter