Sport

Taekwondo – « Cette saison est finie » regrette Ragonz

Nicolas Ragonz poursuit tranquillement son entraînement à la maison en cette période de confinement.

Plus rien à espérer pour cette saison. Tel est l’avis de la plupart des sportifs vu la situation sanitaire actuelle. L’expatrié de Nantes France, Nicolas de Gonzague Randriamiandrisoa, alias Ragonz, 6e dan en tae­kwondo, avait prévu de disputer les championnats du monde programmés au Danemark du 21 au 24 mai.

Comme tous les autres événements sportifs, nationaux ou internationaux, ce sommet mondial est aussi effacé par le phénomène du covid-19. Pourtant, après quelques années de pause à cause d’une blessure à l’épaule, Nicolas Ragonz, vient de faire un come-back impressionnant en remportant le titre de champion de France en poomsae individuel catégorie masters 2.

Les championnats français se sont tenus à Lille les 22 et 23 février derniers. Avec ce titre national, il s’est ainsi offert le ticket pour le sommet mondial, mais en vain. La saison est donc finie pour lui. Mais sa vie, en famille, continue malgré le confinement.

Confinement

«On se réveille à 8h30, tous les jours. On prend ensemble le petit déjeuner, puis on passe à l’entrainement quotidien », raconte Nicolas de Gonzague Randriamiandrisoa. D’habi­tude, il s’entraine avec sa fille. «Un peu de sieste après le déjeuner et on reprend l’entrainement avec un peu d’étirement dans l’après-midi. Et c’est tous les jours comme ça », poursuit-il.

«Il y a aussi d’autres occupations, je fais la cuisine, un peu de bricoles, c’est une occasion pour les faire, des rangements à fond car si on profite cet occasion, sinon, on n’aura plus le temps de les faire » at-il ajouté. «On passe aussi beaucoup de temps à regarder les news. On suit de près les infos, c’est très important pour nous », souligne Ragonz.

« Je pense que la situation à Dago n’est pas encore très critique. Mais selon les infos, et malheureusement, les gens ne respectent ou n’arrivent pas à respecter le confinement car beaucoup devraient sortir de la maison tous les jours pour trouver à manger », exprime-t-il. « Heureusement qu’on peut jusqu’ici maitriser les porteurs du virus. Mais au cas où l’épidémie se propage vite, c’est fini », conclut-il.

Entraîneur et arbitre international, Nicolas passe ses vacances presque tous les ans au pays et en profite pour animer de temps en temps des stages pour les locaux.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter