A la une Actualités Santé

Confinement – C’est reparti pour quinze jours

Les  écoles,  les  églises,  les  spectacles,  les  restaurants, les  bureaux  administratifs  restent  encore  fermés.

Le président de la République décrète un nouveau confinement partiel de quinze jours. La mesure s’applique aux régions Analamanga, Atsinanana et Matsiatra Ambony.

Les fêtes de Pâques en confinement. Plusieurs s’y attendaient, c’est désormais confirmé. Andry Rajoelina, président de la République, décide de rallonger de quinze jours le confinement. Une mesure qui s’applique aux régions Analamanga, Atsinanana et Matsiatra Ambony.

Selon les explications présidentielles, la décision de décréter le confinement dans ces trois régions est qu’« elles comptent plus de cinq personnes contaminées par le coronavirus. On y dénombre, notamment, des cas contacts ». Sur les « vingt-et-un » cas contacts dépistés, quatre sont localisés dans la ville de Fianarantsoa, deux dans le district de Lalangina sis dans la région Matsiatra Ambony, douze à Antana­narivo et trois à Toamasina. Si le chef de l’État a édicté le confinement à Fianarantsoa, sur le plateau de la télévision nationale, vendredi soir, la mesure est donc, élargie à la région Matsiatra Ambony. Pareil­lement pour la région Atsinanana, si la mesure sanitaire s’appliquait juste aux communes de Toama­sina I et II. À Analamanga, il s’agit juste d’une rallonge du confinement de quinze jours. « Les mesures antérieures restent en vigueur », ajoute Andry Rajoelina.

Cache-bouche obligatoire

Outre la suspension des transports en commun qu’il a rappelé, ou encore, l’obligation de rester chez soi, sauf cas de force majeur, les restrictions qui s’appliquent aux marchands et aux marchés restent donc, effectives. « Tous ceux qui sortent de chezeux doivent impérativement porter un cache-bouche », souligne le chef de l’État. Le conseil des ministres, par ailleurs, a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire de quinze jours, sur l’ensemble du territoire.

Y compris les trois régions en confinement, le couvre feu de 20 heures à 5 heures du matin, ou encore « l’interdiction de réunion de plus de cinquante personnes », la fermeture des lieux de fêtes, de réunion et de culte, restent ainsi, de mise dans tout le pays. Les écoles et universités restent closes sur tout le territoire. Pour ceux à Antananarivo qui veulent rentrer dans les régions et inversement, les taxis-brousses auront exceptionnellement, le droit de reprendre la route du 7 au 9 avril.

Les stationnements dans la capitale seront ouverts de 5 heures à 11 heures. Des lave-mains y seront installés, ils seront soumis à des désinfections systématiques, pareillement pour les voitures. Le port de cache-bou­che sera, aussi, obligatoire, ainsi que la mise à disposition des passagers de gel hydro-alcoolique. Des vols intérieurs desservant les régions où il n’y a pas de cas contact reprendront, également, durant ces trois jours.

Selon le Président, tous les passagers qui embarqueront d’Antananarivo du 7 au 9 avril seront soumis à des Test de diagnostiques rapide (TDR). Une initiative que certains souhaitent voir appliquer à ceux qui feront le voyage en taxi-brousse. « La décision que j’ai prise n’est pas facile, (…) mais la meilleure chose à faire est de poursuivre les efforts que nous avons déployé », déclare Andry Rajoelina, en faisant appel à la conscience civique de chaque citoyen pour le bien de tous.

Une guerre de proximité

L’État décide de déployer une nouvelle stratégie dans la guerre contre le Covid-19. « Nous agissons plus en proximité avec la population. Toutes les actions partirons désormais de la base », soutient le président Andry Rajoelina. Il décrète ainsi la mise en place d’une nouvelle structure sociale baptisée « Loharano », au niveau des Fokontany. Celle-ci, à l’entendre, sera chargée de la gestion, l’organisation et le suivi des aides étatiques durant cette période d’exception.

Les chefs Fokontany et chefs secteurs seront des membres d’office du « Loharano », à s’en tenir à l’allocution présidentielle. Il en appelle, égale- ment, aux personnes de bonnes volontés pour y adhérer. Le chef de l’État indique, du reste, que cette entité jouera, également, un rôle dans la veille sanitaire au niveau des Fokontany.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Manque de respect ! On a laissé le peuple Malgache pendant des heures à attendre et à perdre patience pour cette allocution télévisée . Une annonce en boucle à la télévision nationale sur un problème technique lié à une coupure d’électricité n’est pas le meilleur moyen d’informer en toute transparence tous les téléspectateurs dans l’île . Si un quotidien local de la place avec une dose de sexisme n’arrête pas de vilipender la gent féminine du service de la communication à la présidence c’est qu’il y a matière à réflexion maintenant avec cette désinvolture manifeste . La ministre de la communication a également une entière part de responsabilité .
    Pour la poursuite du confinement partiel il faudrait savoir si c’est l’OMS ou non l’entité qui supervise et coordonne avec les autorités la stratégie de lutte contre la propagation du coronavirus .Le directeur exécutif du programme OMS de gestion des crises sanitaires Mieur Mike RYAN a martelé il y a 72 heures que le port de masque n’est pas RECOMMANDE POUR LA POLUTATION GENERALE . Si la Corée du sud a opté pour la généralisation du port de masque c’est une posture ancrée dans leurs mœurs déjà contre la pollution . Il faut faire attention pour les masques alternatifs qui sont censés être des écrans antipostillons car tous ne sont pas dotés de filtres suffisants . Et il est encore déplorable d’entendre cache bouche parce que ça n’a pas la même portée protectrice « aerosol » qu’un masque .C’est le B A-BA de l’éducation à prodiguer à nos concitoyens .