Actualités Faits divers

Madagascar -Le créateur du groupe facebook « fifosana pipole » incarcéré

Poursuivi pour diffamation, atteinte à l’intégrité, incitation à la haine… par des artistes ainsi que le député Jaona Élite, Hiary Rapanoelina a été écroué, samedi. Sa mésaventure décapite son groupe.

Le parquet a infligé un cinglant camouflet au groupe  facebook « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy ». Traduit devant le parquet du tribunal à Anosy, samedi, l’un des administrateurs  du groupe et créateur, connu sur les réseaux sociaux sous l’identité Hiary Rapanoelina, a été placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora au terme de son instruction. Attaqué en justice par des artistes ainsi que le député du district d’Atsimondrano  Harijaona Randriarimalala, alias Jaona Élite, le créateur de ce groupe de près de soixante dix sept mille membres, ayant vu le jour en juin 2015, et qui sur la vie des personnalités publiques, dont les politiciens ainsi que les célébrités du show business et des personnages connus dans différents domaines, est poursuivi pour incitation à la haine, violation de correspondance, diffamation, atteinte aux bonnes mœurs et l’intégrité d’autrui.
Samedi, lors de sa traduction devant la justice, le créateur de « Fifosana hana-tsarana ny pipoles gasy »  été, en quelque sorte, abandonné dans la détresse, bien que son groupe soit parmi ce qui compte le plus de membres. Alors qu’une présence tape à l’œil des artistes n’est pas passée inaperçu au tribunal, les sympathisants de Hiary Rapanoelina semblent, en revanche, avoir fait profil bas.
La solidarité ne s’est pas fait sentir dans la vie réelle,  bien que des milliers de membres hyperactifs, réagissent à la moindre publication dans l’espace virtuel. Samedi, la mobilisation s’est fait discrète, pas de pancarte ni attroupement.
Dès cette première arrestation, les autres administrateurs du groupe, qui a développé une frénésie à parler en bien, mais aussi en mal sur les célébrités se sont retirés. Il fut un moment où le groupe était administré par sept comptes. Lorsque l’affaire s’est corsée, seul Hiary Rapanoelina qui paye au final les pots cassés. Les membres  qui se sont attirée la foudre des artistes et du député élu dans l’Atsimon­drano par des publications osées, embrasées par des commentaires sulfureux ne sont pas  en revanche jusqu’à maintenant inquiétés. Une source policière indique néanmoins que la chasse aux sorcières continue et que l’étau pourrait se resserrer autour des autres personnes pouvant être impliquées dans cette affaire.
Groupe mourant
Au sein du groupe, les administrateurs rescapés ont fait le ménage, un nouveau compte administrateur a été  ajouté puis a disparu par enchantement. Le groupe est de surcroît passé de fermé à secret. En fin  de semaine, c’est un groupe mourant, rebaptisé « Fifosana Taloha (Fahiny) » (NDLR : ancien), qui est laissé aux soixante sept mille fidèles  membres. A côté, un  groupe naissant, qui hier soir comptait près de vingt mille membres s’est approprié l’appellation « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy ». Pour pouvoir rejoindre ce groupe fermé, les facebookers  doivent  répondre à une question du genre « Qui est le président de la République de Madagascar », avant qu’ils ne puissent être ajoutés.
Les incriminations portées à l’encontre de Hiary Rapanoelina relèvent du droit commun, donc passible de prison ferme, l’exception  de la diffamation  au moyen des nouvelles technologies, laquelle est dépénalisée selon les dispositions de la loi 2014-006, relative à la lutte contre la cybercriminalité.
Les plaintes contre le groupe ont été déposées mardi  à la brigade criminelle à Anosy, dès le lendemain, Hiary Rapanoelina a été arrêté chez lui à Andoharanofotsy par une escouade de policiers. Lui même artiste, Hiary Rapanoelina s’est fait un nom dans l’ac appella aux côté du groupe AVM et s’est bâti une réputation dans le coaching vocal dans deux émissions de téléréalité.
Andry Manase