Accueil » A la une » Infrastructures – Les rues de Tana en très mauvais état
A la une Social

Infrastructures – Les rues de Tana en très mauvais état

Antohomadinika a souffert de la dégradation de la chaussée depuis longtemps.

A peine la saison des pluies commencée, les rues de Tana sont quasiment impraticables. Des nids de poule se forment partout dans les rues de la capitale. Des cratères sont visibles dans plusieurs quartiers. Le quartier des 67 Ha et d’Antohimadinika ont le plus souffert à cause du mauvais état des routes. Mis à part les nids de poule, des eaux stagnent au niveau de certaines ruelles. La stagnation d’eau est permanente en période de pluies à Antohomadinika, du côté de la station des taxi-brousses en partance vers Ambatondrazaka. Les habitants se plaignent de cette situation. « Il est difficile de circuler dans cette rue. Je dois passer ici presque tous les jours puisque j’habite dans ce quartier. C’est difficile de parcourir la portion de route qui est en très mauvais état », se plaint Vero, une mère de famille vivant à Antohomadinika.

Dans d’autres quartiers comme Andraisoro ou Fort Duchesne, les usagers se plaignent. La circulation est souvent perturbée par la présence de nids de poules.

Provisoire

« Il faut redoubler de vigilance lorsqu’on passe par la rue menant à Fort Duchesne, notamment en face du ministère de la Pêche. Lorsqu’on n’est pas habitué à passer par cette rue, le véhicule tombe dans les nids de poule et subit des désagréments», indique un usager habitué de ce t axe. Les transports en commun subissent également les conséquences de la dégradation des routes dans Tana. « Du côté d’Andraisoro, la chaussée est totalement en dégradation. Des cratères s’y forment. On est obligé d’alterner la circulation chaque fois que deux véhicules sont face à face », se plaint Rija, un chauffeur de bus de la ligne 178.

Les routes ne seront pas réparées de sitôt. La vétusté des infrastructures routières de la capitale ne permet pas de grands travaux de réfection, selon les explications. « Il faut souligner que les routes de la CUA ont dépassé leur durée de vie. Alors que nous n’arrivons pas à effectuer la réhabilitation totale des routes. Tout ce qu’on peut faire, c’est de réparer partiellement les portions en mauvais état, et en fonction des moyens de la CUA », livre Bodosoa Razafimandimby, directeur des Travaux publics auprès de la CUA. Le manque de canalisation et d’écoulement d’eau fait partie des facteurs de dégradation des routes. Des travaux qui devaient être effectués, notamment à Anosipatrana, Ampefiloha et 67ha, ont été suspendus selon l’explication du responsable. « La commune tente actuellement de trouver des solutions provisoires pour réhabiliter les rues de certains quartiers et avec les moyens que nous avons en main. Antohomadinika, Ampefiloha seront parmi les bénéficiaires », conclut-t-elle.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Bonjour chers amis,
    Les routes sont dans un piteux états dans toute l’île et pour ne parelr que de Tana, c’est déplorable! Je sais et suis conscient que ce n’est pas facile de « manager » mais il y a manager et manager! On parle de téléférique, qui va coûter les peaux de f…. ne serait il pas bien pensé de refectionner une bonne fois pour toutes les routes, avenues et autres, éviter les tip top. Je sais et j’ai vu que la CUA fait des efforts mais…il faut foncer un peu plus. Je suis entièrement convaincu que la réfection des rues feront la joie de tous! Mais votre teleferique là…cela fait couler beaucoup d’encre. Apres le teleferique, probablement le tramway. A un moment donné j’ai pensé qu’il serait mieux de refaire les voies ferreés Soarano – Alarobia / Soarano – ambatofotsy / Soarano – Manjakandriana ….Ah! parceque Madarail appartient à … mais peu importe, c’est l’intêret supérieur de l’Etat!
    A bon entendeur salut