Accueil » Politique » Vie de parti – Le HVM recherche la responsabilité citoyenne
Politique

Vie de parti – Le HVM recherche la responsabilité citoyenne

Augustine  Razafindravola  et  Alain  Désiré  Rasambany, face  à  la  presse  locale,  lundi  dernier.

Des représentants du bureau national du HVM n’ont pas mâché leurs mots face à la situation actuelle du pays. C’était lors de la présentation de vœux du parti à Toliara.

Les citoyens ne réagissent pas pour améliorer leur quotidien. C’est le constat lancé par le parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) lors de la présentation de vœux du parti à Toliara, lundi dernier. « Il faut éradiquer l’assistanat. Chacun est responsable de l’amélioration de son quotidien et ne doit pas être assisté, chaque fois. C’est l’essentiel de notre communication quand nous descendons dans les bases pour sensibiliser à la vie politique », explique Augustine Razafin­dravola, présidente régionale du parti dans l’Atsimo Andrefana.

Elle n’a pas hésité à fustiger l’inertie citoyenne face à la situation problématique du pays. Elle a parlé du manque de transparence dans la gestion de la Covid-19, qui a été, selon elle, un prétexte pour négliger le «Kere ». « Tous les secteurs sont actuellement en difficulté que ce soit l’économie et surtout le social. Les prises en charge des malades de la Covid-19 ne sont finalement pas gratuites alors que le pays a reçu des aides financières internationales. Ou est passée la couverture santé universelle initiée en 2017 », a-t-elle insisté.

Opposition parlementaire

Jouant la carte de la proximité, la présidente régionale du parti a critiqué des détails tels que l’inexistence d’adresse exacte des habitants en pleine ville de Toliara ou encore la négligence portée au recensement des biens et des matériels publics. « Ce sont de petites choses qui devront conscientiser la population », a-t-elle dit.

« Nous continuerons à porter des critiques pour reconstruire ce pays. Les citoyens sont appelés a réagir en adhérant des vies associatives ou en lançant des projets citoyens. C’est un bon début dans la politique. Les partis servent à édifier pour pouvoir changer des situations », poursuit l’interlocutrice.

La présentation de vœux d’avant-hier a été honorée par des « notables » de Toliara, pour ainsi signifier que le parti est resté en vie et dynamique malgré les « erreurs » du passé. Une opportunité pour le bureau national d’annoncer que le parti s’apprête aux élections de 2023. « L’opposition parlementaire a pu être instaurée par le HVM, en étant majoritaire au sénat. C’est une grande première dans l’histoire du pays. Nous restons cependant dans l’opposition bien que le mandat des sénateurs prenne fin, et nous continuerons à émettre des critiques et des propositions. Le parti insiste sur l’Etat de droit », souligne Alain Désiré Rasambany, membre du bureau national du parti HVM, venu assister à l’événement. Il a fait savoir que le Programme Emergence Madagascar (PEM) devait être présenté au dernier conseil des ministres de l’année dernière. « Ce qui veut dire, que ce pays n’a pas de plan clair après deux ans de pouvoir des nouveaux dirigeants », a-t-il fini.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi