Accueil » Editorial » Or sujet
Editorial

Or sujet

Un boulevard aux trafics en tous genres depuis des années. Hélas, c’est la triste réalité à l’aéroport d’Ivato. On y entre et sort comme dans un moulin. On a beau engager une société pour s’occuper de la sûreté des vols en renforçant les contrôles, on a beau mettre en place des appareils de surveillance, des appareils de fouille comme dans tous les grands aéroports, les trafics continuent de plus belle. On a embauché des personnels de contrôle souffrant de cécité au sein des différentes entités assurant la sûreté et la sécurité des vols. On a mis des scanners allergiques aux tortues, des caméras s’éteignant automatiquement à la vue d’un lingot.

C’est juste incroyable ce trafic de 73 kilos d’or intercepté à Johannesburg. Évidemment tout le monde dégage sa responsabilité dans cette affaire révoltante. On a identifié les passagers de l’avion privé parti d’Ivato pour faire escale à Toliara avant de traverser le Canal de Mozambique et rejoindre Johannesburg mais il a fallu plusieurs complicités pour qu’un bagage à main pesant 73 kilogrammes passent inaperçu.

Le ministère des Mines déclare n’avoir jamais octroyé une autorisation d’exportation alors que la douane affirme être totalement étrangère à l’affaire. Effarant.

On sait très bien que pour un vol international, commercial ou privé, toutes les entités de contrôle doivent être à leur poste respectif. La police aux frontières, la douane, la société assurant la sûreté et la sécurité des vols ainsi que l’aviation Civile de Madagascar omniprésente dans tous les aéroports. Dès que l’ACM donne une autorisation de vol à une compagnie, toutes ces entités doivent être avisées. Le contraire suppose que tout aurait été sciemment organisé. Le ministère des Mines et la douane auraient été écartés du plan. Et l’affaire est dans le sac. Et en croire le général Richard Ravalomanana, les trafiquants en étaient à leur cinquième coup. C’est dire si le mécanisme a été bien huilé. Sauf que cette fois, l’affaire a foiré du côté d’afrique du Sud pour on ne sait quelle raison.

C’est un pied de nez à la Banque centrale qui a eu du mal à mettre en place la fameuse réserve de l’or. Seize prestataires ont été retenus mais on ignore la quantité réunie depuis ni le nom des sociétés. Ce qui est certain c’est que comparé à ce treize or intercepté en afrique du Sud, l’initiative salutaire de la Banque centrale risque d’être or sujet. Comme on dit, y’a pas photo.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi