A la une

Hassan Ali Bakhshi : « On peut construire mille logements cette année à Madagascar »

Le savoir-faire iranien peut être mis à la disposition de Madagascar en matière de construction, selon Hassan Ali Bakhshi, nouveau chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran.

Hassan Ali Bakhshi, nouveau chargé d’affaires de l’Ambassade d’Iran à Madagascar, vient d’annoncer hier le possible transfert du savoir-faire iranien en termes de construction et d’infrastructures. Arrivé depuis un mois dans la Grande île, ce nouveau diplomate va rencontrer le Président Rajoelina et les membres du Gouvernement pour asseoir une coopération solide en matière agricole, dans le secteur de l’eau, de l’énergie, de la santé et des infrastructures et surtout dans le domaine de l’éducation. Trente-cinq ans de relations diplomatiques lient Madagascar et l’Iran.

Pour un partenariat gagnant-gagnant multi- sectoriel. C’est dans cette optique que vont se raffermir les liens entre Madagascar et l’Iran, trente-cinq ans après le début des relations diplomatiques entre les deux États. Hier, le nouveau chargé d’affaires à Madagascar de l’ambassade d’Iran, Hassan Ali Bakhshi , a esquissé les aspects de la coopération possible entre les deux pays, qui sont d’ailleurs membres de l’association des pays riverains de l’océan Indien ou ORA. « Je viens de découvrir que le Gouvernement projette de construire des milliers de logements et cela depuis l’an dernier. Je vous dis que cette année, cette projection est possible », confie Hassan Ali Bakhshi. Le diplomate évoque l’existence d’un savoir-faire iranien avéré dans la construction de maisons préfabriquées. « Les Iraniens sont très en avance en matière de médecine en général, dans la production de médicaments, de vaccins », poursuit-il . D’après lui, son pays est prêt à venir en aide à Madagascar dans ce domaine sachant que le coût des soins à Madagascar reste encore très élevé. Le diplomate iranien n’exclut pas la possibilité d’un soutien à la « construction d’hôpitaux à Madagascar ». S’agissant du secteur agricole, l’Iran va accompagner Madagascar dans la réalisation de l’autosuffisance alimentaire étant donné que la Grande-île dispose suffisamment de surfaces et de cheptels. Pour Hassan Ali Bakhshi, « L’Iran de son côté, va appuyer la mécanisation des pratiques agricoles largement manuelles à Madagascar ». L’évolution technologique iranienne en matière de santé rencontre également une avancée efficace dans la gestion des ordures et de l’eau. « Les ordures constituent une richesse et l’eau de pluie est comestible si on la travaille », propose le diplomate iranien. « Le génie iranien », tel que l’indique Hassan Ali Bakhshi , ne date pas d’hier car selon lui, « l’Iran n’est pas du tout un pays nouveau car il vit d’une histoire datant de sept millénaires ». L’excédent de gaz en Iran peut être exporté vers Madagascar d’après ce qu’a expliqué le chargé d’affaires iranien. S’agissant encore des infrastructures, Madagascar importe à travers des intermédiaires du bitume en provenance d’Iran. A l’occasion de rencontres successives qu’il prévoit avec le Chef de l’État, le Chef du Gouvernement et les ministres concernés des domaines de coopération , le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran va évoquer les atouts touristiques que présente son pays et le transfert de compétence au profit de la Grande-île qui va avoir lieu. « Des formations en Iran sont envisageables et les Malgaches sont les bienvenus pour découvrir le modèle économique iranien », précise Hassan Ali Bakhshi.

Des Malgaches en Iran
Pour le moment, quarante Malgaches viennent de terminer leurs études en Iran et sont de retour au pays, tandis qu’un déplacement d’opérateurs malgaches en Iran figure dans l’agenda de la coopération à mettre en œuvre entre Madagascar et l’Iran. L’octroi de visa vers l’Iran est facilité et se fait en temps rapide auprès de l’ambassade à Antsakaviro. « Des Malgaches voyagent en Iran » selon toujours Hassan Ali Bakhshi. L’Iran est un pays en paix, accessible et ouvert qui établit des échanges avec tous les États mais le « terrorisme médiatique » intimide ceux qui ne connaissent pas la réalité. Toute pratique religieuse est autorisée librement en Iran et croyants ou non ainsi que les citoyens et les étrangers cohabitent sans difficulté. « Toutes les communautés religieuses qu’elles soient juives, chrétiennes ou musulmanes sont représentées à l’Assemblée nationale iranienne et c’est le véritable visage de la démocratie dans notre pays », affirme Hassan Ali Bakhshi. À partir de plusieurs compagnies aériennes à l’exemple d’Ethiopian Airlines et de Turkish Airlines, rejoindre l’Iran est possible pour les opérateurs et voyageurs au départ de Madagascar. « Chaque année à l’occasion du Nouvel An, le guide de la révolution iranienne rend visite à des familles chrétiennes et le dialogue interconfessionnel existe bel et bien, les cathédrales sont ouvertes et il est possible de célébrer les rites et cultes chrétiens en Iran », informe Hassan Ali Bakhshi. Ce diplomate iranien planifie de rencontrer les leaders politiques, économiques et religieux à Madagascar. Il affirme avoir déjà eu l’occasion de rencontrer Naina Andriantsitohaina, maire élu d’Antananarivo et met en avant la possibilité de jumelage de la capitale avec une ville iranienne. « La gestion des déchets, l’eau et les logements sociaux font partie des secteurs où il est possible d’importer le savoir-faire iranien à Madagascar », selon Hassan Ali Bakhshi qui rappelle que l’Iran est une grande puissance régionale connaissant une autosuffisance alimentaire, technologique et industrielle.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter