A la une

Concertation sur les Îles Eparses : L’État met tous les atouts de son côté

Trois jours seront consacrés à la concertation nationale sur les îles éparses à Antana­narivo. Citoyens et experts de tous les secteurs sont conviés à participer aux débats.

Le gouvernement malgache s’arme pour renforcer sa stratégie sur la restitution des îles éparses. Pour que les dialogues soient sans failles, une concertation nationale ouverte à tous les Malgaches se tiendra du 9 au 11 décembre au Centre de conférence internationale d’Ivato. Avant de poursuivre les négociations sur les îles éparses avec le gouvernement français, le rassemblement d’arguments en béton est priorisé.

Après la première étape sur la négociation entre le comité mixte franco-malgache qui s’est tenu au palais du Premier ministre Rainilai­arivony à Andafiavaratra le 18 novembre, la suite des débats sera l’affaire de tous les Malgaches. Trois jours seront consacrés à la concertation durant laquelle les experts de tous les domaines sont conviés à apporter leurs apports intellectuels. « Ceux qui possèdent des documents historiques ou
des connaissances sur ces îles éparpillées dans l’océan Indien seront la bienvenue », comme l’a expliqué le porte-parole du gouvernement, le ministre Lalatiana Rako­ton­drazafy Andrianton­garivo, hier.

La particularité de la concertation nationale est qu’elle sera ouverte à tous les citoyens, les politiciens, les historiens, les experts en droit maritime ou en relations internationales. Tous ceux qui peuvent présenter des preuves tangibles à ce que les îles Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India et Europa sont rattachées à Madagascar.

Suite de dialogue
Pour l’heure, aucune date précise n’est convenue entre le gouvernement malgache et français sur la suite du dialogue sur les îles éparses. Ce qui est sûr c’est que la prochaine rencontre du comité mixte sera organisée à Paris. « Bien que les résolutions des Nations Unies en décembre 1979 aient défini que ces îles appartiennent à Madagascar, cela n’empêche que le dialogue sera entamé sur le plan diplomatique », indique le ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andrian­tongarivo.

Les documents de synthèse adoptés au terme de la concertation nationale seront transmis au président de la Répu­blique Andry Rajoelina. Ils serviront de repère pour la partie malgache dans la suite des négociations.
Un deadline est imparti dans ce sujet de restitution des îles éparses. « Le gouvernement se donne jusqu’au
26 juin 2020 pour le retour de la souveraineté de Mada­gascar sur ces îles », conclut le ministre Lalatiana Rako­tondrazafy Andrianton­garivo.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Un grenelle qui ne dit pas son nom en apparence voire un enfumage violant le principe sacro-saint de la démocratie directe par la consultation populaire . L’issue des futures négociations avec la France va déboucher sur une impasse quasi-certaine . Les divergences d’approche sur la question sensible de la « souveraineté » sont étalées au grand jour .Emmanuel Macron vient justement d’enfoncer le clou en annonçant la création d’une station de recherche sur ces îles . La partie ne se présente pas sous les meilleures auspices pour nous en termes de rapport de force . L’île Maurice bien que l’archipel de Chagos lui soit restitué doit batailler fort encore face aux britanniques pour non inscription de l’appartenance acquise à chaque réunion sur la scène internationale . Une concertation nationale de plus que le pays est en addiction contre-productive comme si on remet en doute par son exhaustivité juridico-historico-politique le dossier béton aboutissant à la résolution des nations unies en 1979 . Le volet  » financement  » d’une telle initiative pour les « sachants » et autres est un paramètre également à ne pas négliger . On est plus que sceptique sur le règlement de ce contentieux à l’échéance des 60èmes anniversaires de notre indépendance .

  • Avant de prendre en mains les Iles Éparses , il faut s’occuper de notre pays qui se trouve dans la pauvreté et j’en passe . Tous les jours les gens sont entrain de tendre la main pour avoir un bout de pain.