Culture

3e édition de Modus mode : La notion de comptabilité reste la bête noire des artistes

Tianarivelo Rakotondrazanany, styliste et couturière de Tafitia création a donné une formation portant sur le thème « L’état financier » pendant la deuxième journée de Modus Mode à l’Alliance française d’Andavamamba ou Aft. Peu de stylistes ont assisté à la séance gratuite, au grand étonnement de l’intervenante.

« Cette année, il y avait un projet dans lequel les stylistes devaient fournir l’état financier de leurs affaires pour obtenir une subvention. Et c’était la panique totale pour la plupart d’entre nous. Je suis comptable de formation et c’est la raison pour laquelle je veux leur partager une petite notion de comptabilité pendant cette édition de Modus Mode. Mais, peu de stylistes ont assisté à la séance. Pourtant, c’est un domaine sur lequel on doit maitriser pour l’essor de chaque artiste », explique Tianarivelo Rakotondrazanany.

Les raisons évoquées par les stylistes ont été multiples. « La comptabilité reste notre bête noire. Nous préférons confier cette tâche à une personne compétente, et nous consacrer entièrement à la création », disent les uns,
« Actuellement, le rythme que nous menons ne nous permet pas d’avoir une bonne concentration pour tout comprendre. Mais nous allons nous y mettre », s’excusent les autres.

Modus Mode se tient mais le grand public n’est pas au courant. Un sondage à la hâte devant l’Aft montre qu’un passant sur dix seulement connait l’existence de l’événement. « Je trouve le concept intéressant mais l’organisateur doit communiquer davantage. Après les campagnes de propagande, les gens s’habituent au grand tapage médiatique pour s’intéresser à un événement quelconque. Il n’est pas encore tard pour bien attirer leur attention », suggère Emile Zola Lambert.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter