Accueil » Social » CANCER DU CÔLON – La viande rouge à déconseiller
Social

CANCER DU CÔLON – La viande rouge à déconseiller

Le Dr David Khelif, lors de la sensibilisation sur l’autopalpation du sein pour détecter un cancer

Oncologue et radiothérapeute, le Dr David Khelif recommande une hygiène alimentaire saine avec des légumes à la place de la viande rouge. L’objectif est de réduire, à partir de la quarantaine, les risques du cancer du côlon.

Le Dr David Khelif, oncologue et radiothérapeute à la Polyclinique d’Ilafy, recommande la diminution de la quantité de viande rouge à consommer chaque jour, afin d’éviter le cancer du côlon.

« La chose à prendre en compte concernant les facteurs de risque du cancer du côlon, c’est qu’il est lié à la consomma­tion de la viande rouge. Quand vous la privilégiez tous les jours au détriment des fruits et légumes, le reste de la digestion passe dans le côlon afin d’être expulsé. Il faut un temps pour chaque digestion. Après avoir ingurgité de la viande en grande quantité, cela reste collé avec tous les ingrédients biologiques, ce qui pourrait entraîner la transformation de la muqueuse. Dans la mesure où la muqueuse se transforme en polype sous forme de boule, comme dans le cas du cancer du sein, quand la taille du polype cancéreux dépasse un centimètre, on fait face à un cancer du côlon », détaille le Dr Khelif.

Le cancer du côlon est l’un des plus meurtriers au monde. « Il arrive à la deuxième position après le cancer du sein chez les femmes et en troisième position après le cancer de la prostate et du poumon chez les hommes. Il touche généralement les personnes entre la tranche d’âge 50-60 ans. Au même titre que le cancer du sein, il est lié à des facteurs de risques génétiques », enchaîne le médecin.

Pour parler des facteurs de risques, l’oncologue cite quelques-uns. « Si vous consommez 500g de viande rouge par semaine, vous êtes dans le feu rouge. L’abus de nicotine ou encore d’autres produits peuvent renforcer le risque », renchérit-il.

Dépistage

L’oncologue insiste sur la détection précoce de cette maladie. « Je recommande un dépistage de la maladie à partir de 40-45 ans par coloscopie. Il devrait être effectué tous les trois à cinq ans. Les précautions à prendre sont les mêmes que dans le cas d’un cancer du sein. Il est lié aux mêmes pronostics que le cancer du sein. S’il est détecté à temps, il est guérissable à 100%. La chose la plus intéres­sante à prendre en compte c’est qu’il y a tout un ensemble d’infor­ma­­tions à partager pour sensibiliser les gens. Si vous sensibilisez cent personnes, vous gagnez 30% d’informations reçues et transmises », indique le Dr Khelif. Mis à part le dépistage à temps de ce type de cancer, les activités physiques sont préconisées. Selon le médecin, trois quart d’heure de marche réduit à 65% le risque de déve­lopper le cancer du côlon.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Encore un  » tavararatra  » chez la clinique du puissant homme d’affaire sulfureux qui dit n’importe quoi . La colonoscopie est un examen invasif sous anesthésie générale et la préconiser systématiquement pour la population générale à 45 ans sans facteur de risque familial est une politique de dépistage imbécile !

  • La colonoscopie n’est pas un examen de dépistage systématique du cancer du colon à 40 ans qu’on se le dise ! On voit bien avec quel « tavaratra » l’autre homme d’affaire sulfureux de Mamimbahoaka fait son business !