Accueil » Culture » Exposition – Photographie : « Images innées, Covid-19 » interpelle les passants
Culture

Exposition – Photographie : « Images innées, Covid-19 » interpelle les passants

Le  photographe  Tojo  Razafindratsimba  explique  au  public  chaque  instantané.

Une introspection de la vie quotidienne des malgaches à travers l’objectif affûté des photo-journalistes de la capitale, « Images innées, Covid-19 » égaye le jardin d’Antaninarenina de ses clichés.

Découvrir d’un œil nouveau les méandres d’une pandémie, les ravages sanitaires sur l’économie. C’est l’essence de cette exposition de photographies sobres, mais qui par la seule force du message qu’elles véhiculent, arrivent à sensibiliser les visiteurs. Intitulée, « Images innées, Covid-19 », cette exposition est à découvrir au jardin d’Antaninarenina jusqu’ au 7 novembre. Il s’agit d’une rétrospective du quotidien des malgaches au cœur de la pandémie du Coronavirus, dans le cadre de « Sar’Nao », un festival national consacré exclusivement à la photographie, et du Mois de la Photo.

« Découvrir et interpréter »

Voilà une année complète, comme figée, dans le temps et l’espace. En quelques clichés, le comité d’organisation du festival et le Collectif des Reporters d’images de Madagascar (Crimad) invite le public à plonger dans les facettes de ce confinement, à travers le regard aiguisé de ses membres, dont deux de nos confrères à l’Express de Madagascar, Mamy Raelison et Tojo Razafindratsimba.

Chacun à leur manière, les reporters d’images ou photo-journalistes exposent une représentation unique du confinement, du respect des gestes barrières, des changements sociaux durant cette période. Un renouveau dans les habitudes au quotidien s’est petit à petit mis en place pour s’adapter à la maladie. Un arrêt sur images de cette société qui s’est imprégnée de ces changements, telle est la thématique de cette exposition. « Avant, pendant et après la Covid-19, c’est là principalement les sujets que l’on s’est plu à immortaliser dans nos photos pour cette exposition. À savoir, montrer l’évolution de la situation, tout en capturant l’évolution même de la société » confie le photographe Mamy Raelison. Le Collectif des Reportes d’images à Madagascar (Crimad) a vu le jour en 2014 et a bénéficié d’un statut légal en 2016. Il compte près d’une cinquantaine de membres. À travers ce « Images innées, Covid-19 », il met aussi en lumière les coulisses du métier, ainsi que les talents de ses membres à véhiculer en image une forme de sensibilisation journalistique.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi