A la une Culture

Décès de Dadah Rabel – Hommage national à Mahamasina

La personnalité exceptionnelle de ce compositeur de légende qu’est Dadah Rabel n’est plus à présenter. Parlons plutôt de l’impact qu’il a laissé auprès de ses pairs et ses fans.

Deux semaines à peine qu’il a mis en terre son fidèle ami, un frère de cœur avec qui il a partagé les plus belles mélodies de sa riche carrière et voilà que deux jours après sa mort, on n’en revient toujours pas. Dadah Rabel s’en est allé. C’est un auteur et compositeur émérite qui, par son talent, a marqué de ses mots plusieurs générations. En attendant la grande veillée funèbre qui promet d’enivrer toute la capitale de la ferveur des inconditionnels du groupe Mahaleo, durant la journée de demain au palais des Sports et de la Culture Mahamasina, ils sont nombreux à être allés à leurs anecdotes pour rendre hommage à Dadah Rabel. Simple fan, amis de longue date ou encore historienne émérite, à l’unisson, ils évoquent une perte inestimable autant pour la communauté artistique que pour le pays lui-même.

« Il formait avec Fafah un duo vocal inséparable qui illustre de la plus belle manière ce qu’est vraiment le groupe Mahaleo. Pour nous les fans, ils sont ces aînés qui ont bercé notre existence, ils sont des artistes, des amis, mais aussi des membres de notre famille. Merci à Dadah d’avoir éveillé notre conscience à travers ses compositions et les mélodies de sa guitare », confie Frédéric Rakotoarison Ranaivo, fan inconditionnel de Mahaleo.

Respect éternel

Une amie qui lui a inspiré un éveil spirituel à un moment de sa vie, Lucette Botralahy, vedette de la télévision à qui l’on doit notamment l’émission culturelle « Tselatra » sur la chaîne nationale, nous dépeint un Dadah Rabel taquin et bienveillant. « Je l’ai connu à un instant très difficile de mon existence, lorsque j’ai été diagnostiqué d’un cancer.

Ayant appris la nouvelle, il est venu vers moi et a fait preuve d’un grand soutien à mon égard. Il a été témoin d’un miracle divin à mes côtés quand j’ai partagé ma foi avec lui, ce qui m’a guéri et ça lui a inspiré ensuite plusieurs de ses chansons en ode au Seigneur », raconte-t-elle. Depuis, « Pasitera Lucette », comme il la surnomme affectueusement, lui rendit souvent visite à l’hôpital HJRA où il officiait comme chirurgien. Une historienne d’exception, la professeur Lucille Rabearimanana d’évoquer « Dadah Rabel a marqué de sa bonté l’histoire du pays, une bonté qu’il a retranscrit dans sa musique. Depuis 1972, il s’est affirmé comme un témoin de l’histoire en composant ces chansons qui illustrent parfaitement les valeurs du pays et qui resteront intemporelles ».

Dans tout cela, les plus proches de Dadah Rabel, les membres du groupe endurent sévèrement leur deuil. Bekoto d’affirmer même le temps d’une interview « Ca y est ! C’en est fini du groupe ! », de quoi inquiéter les fans. Ceci-dit, qu’on se rassure Mahaleo restera bel et bien éternel dans le cœur de tous les Malgaches. Après la cérémonie de demain, Dadah Rabel ira rejoindre le caveau familial à Betafo Antsirabe, ce jeudi.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter