Accueil » Régions » Santé – Une maternité privée s’ouvre à Toliara
Régions

Santé – Une maternité privée s’ouvre à Toliara

Ouverture officielle de la maternité de Marie Stopes Toliara avec les autorités locales.

Des clientes et non plus des patientes. C’est en ces termes que le directeur de la clinique privée Marie Stopes Madagascar, Lalaina Razafinirinarisoa, explique le leitmotiv de son personnel dans la réouverture de la maternité de la clinique. « Le centre Marie Stopes de Toliara a installé en son sein une maternité depuis dix ans. Toutefois, après le retrait de certains bailleurs de fonds, la maternité a été contrainte de suspendre ses services. Elle revient aux moyens de ses propres investissements avec une meilleure qualité de service. La sécurité et la satisfaction de nos clientes restent notre valeur fondamentale », souligne-t-elle durant la cérémonie d’ouverture de la maternité.

Le centre dit vouloir contribuer à l’atteinte de l’objectif de la « Santé pour tous » par une maternité sans risque. À Madagascar, dix femmes meurent chaque jour des suites de complications de grossesse et de naissance : 20% d’entre elles décèdent d’hémorragie, 16% d’éclampsie, 13% de toxémie gravidique et 8% de déchirure utérine. Il a été rapporté par la même occasion que seules 44% des femmes approchent les centres de santé avec un taux de mortalité de 127 pour 100 000 naissances.

Dans la région AtsimoAndrefana, deux femmes sur trois accouchent à domicile. La maternité de Marie Stopes à Toliara propose des soins et des prises en charge depuis les toutes premières semaines de grossesse jusqu’à l’accouchement. Le centre, en revanche, ne peut encore assurer des opérations césariennes et réfère ses clientes au Centre hospitalier universitaire d’Antanambao de Toliara.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter