Accueil » A la une » Mal nutrition dans le sud – L’État met les bouchées doubles
A la une Politique

Mal nutrition dans le sud – L’État met les bouchées doubles

Les enfants victimes de malnutrition ont été pris en charge sur le champ.

Comme solution à moyen terme au “Kere”, des centres de réhabilitation nutritionnelle seront installés dans quatre districts du Sud. Le président de la République souligne, cependant, la nécessité d’une solution à long terme.

UNE répon­se d’urgence. C’est ce qu’une délé­gation étatique conduite par Andry Rajoelina, président de la République, a apporté aux habitants des localités du Sud du pays, victimes du «Kere ».

Durant toute la journée de samedi, le chef de l’Etat a sillonné le district d’Am­boasary Atsimo, où se trouvent les communes et fokon­tany les plus touchés par l’insuffisance alimentaire. A partir du Fokontany Ambarakilima­- havatse, dans la commune d’Ifotaka, en passant par Behera, jusqu’au Fokontany d’Ara­- maliniky, dans la commune d’Ifotaka, en concluant par une visite à Tsihombe, la délégation conduite par le président de la République a constaté l’étendue des dégâts causés par la sécheresse sur la situation humanitaire dans cette partie du pays.

Comme solution d’urgence et à moyen terme, Andry Rajoelina a annoncé l’installation de quatre Centres de traitement nutritionnel intensif et médical. Ces centres seront installés dans les districts d’Amboa­sary, Tsihombe, Beloha et Ambovombe. Les sites qui comptent les localités les plus touchés par le Kere. Le président de la République qualifie d’urgent, la mise en place de ces centres, pour sauver nos compatriotes.

Les personnes atteintes de malnutrition grave, les enfants surtout, intégreront les centres de traitement nutritionnel. Ils bénéficieront des régimes alimentaires spécifiques, nutritifs, sous la houlette de nutritionnistes. Des soins médicaux y seront, également, prodigués. « Il est inacceptable que nos compatriotes souffrent toujours de la faim. Vous n’êtes pas seuls. Nous déploierons tous les moyens pour vous aider », déclare le chef de l’Etat.

Sur le long terme

Lors de son passage à Ebelo, le président Rajoelina a annoncé la mise en place de banque alimentaire, comme autre solution immédiate et à moyen terme contre le Kere. Selon ses explications, les habitants des localités touchées par la sécheresse bénéficieront d’un approvisionnement alimentaire toutes les semaines, ou tous les dix jours.

La distribution des aides de l’Etat et de ses partenaires a été déclenchée dans les localités visitées par le chef de l’Etat, samedi. « Une cartographie des sites touchés par l’insuffisance alimentaire sera établie rapidement afin que personne, aucune localité ne soit laissée pour compte. Tous ceux qui sont touchés par le Kere bénéficieront des aides », assure le président. Durant son émission spéciale, diffusée hier, il a indiqué qu’il y reviendrait d’ici quinze jours, pour la finalisation de la mise en place des aides d’urgences annoncées durant ce week-end.

Durant son émission spéciale d’hier, le locataire d’Iavoloha a mis l’accent sur le fait qu’outre le coronavirus, le Kere, est le deuxième front sur lequel l’Etat est en guerre. « Cela fait 60 ans que le Kere sévit dans le Sud du pays. Il n’y a pas eu de solution fiable et pérenne », regrette-t-il. En parallèle aux réponses d’urgence, Andry Rajoelina lance, je fais le Velirano d’apporter une solution durable dans le Sud.

Comme solution sur le long terme, le chef de l’Etat avance la construction d’un pipeline qui traversera la région Anosy et Androy. « Ce sera un pipeline d’environ un mètre de diamètre dont la construction démarrera cette année pour approvisionner en eau les localités de ces régions », explique-t-il. Les eaux de la rivière d’Efaho et Mandrare seront les sources. La construction d’un autre pipeline entre Bemamba et Antari­tarika. Douze communes seront approvisionnées en eau, indique le président.

Prenant l’exemple de la commune d’Ifotaka, Andry Rajoelina atteste que d’ici un an, la situation qui y prévaut actuellement, que nous avons constatée, hier, changera, s’améliorera sensiblement. Il réaffirme, du reste, la mise en place de l’usine Nutriset dans la région Anosy, dont une partie de la production servira, justement, à lutter contre la malnutrition.

Démarrage des travaux de la RN13 en 2021

«Je me retirerai de la scène politique si la réhabilitation de cette route n’est pas terminée», affirme le président Andry Rajoelina, au sujet de réfection, voire la reconstruction de la Route nationale numéro 13v (RN13). Un engagement qu’il a fait hier, durant son émission spéciale. Exceptionnellement, l’intervention télévisée du chef de l’Etat a été diffusée à partir de Taolagnaro. L’occasion pour lui de réitérer son «Velirano», de réhabiliter la RN13. «Les travaux démarreront dès le début de l’année prochaine», indique-t-il.

Outre la RN13, le locataire d’Iavoloha ajoute aux projets de réhabilitation de route, celui de la RN9 et de la RN12A qui relie Taolagnaro à Vangaindrano. Une visite d’un tronçon de cette route dont la réfection est bouclée est prévue aujourd’hui. «Si le Sud a été oublié durant les soixante dernières années, ce ne sera plus le cas. Nous allons concrétiser tous les défis lancés dans cette partie du pays», soutient le Président.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  •  » Bonne direction  » ! Là on va à l’essentiel et on constate du concret pour combattre les souffrances annuelles de cette région du sud toujours délaissée par les différents régimes . Le chef de l’état ne se départit pas de sa fibre humaniste et on ne peut qu’en se féliciter . La conduite des affaires du pays ne devrait pas toujours se contenter du « bling-bling » et du  » tape à l’oeil  » que José Kely a bien décrit comme un programme « catalogue » . On est réticent à se verser dans le métaphore du  » sosialim-bahoaka » car ça renvoie à une sémantique de l’assistanat et à la dilution des responsabilités étatiques . Une politique « sociale  » d’un gouvernement serait plus appropriée . On n’a pas beaucoup d’atomes crochus avec la ministre de la communication mais force est de constater qu’elle a raison de fustiger la société civile Malgache prompt à courir derrière les largesses d’organismes étrangers pour leur fonctionnement et surtout elle devrait pas s’arroger à doubler le parlement pour son rôle de contrôle de l’exécutif dans toutes appréciations budgétaires et des finances publiques faute de mandat électif . Son rôle attendu pour l »éducation citoyenne est rangé au second rang .
    On demeurera « intraitable » vis à vis du président de la république et on ne manquera pas une occasion pour lui signifier que le populisme et la démagogie avec l’Artémisia pour combattre la covid 19 sont une faute morale et éthique dans la mesure où cette plante ne s’avérera jamais efficace contre le SARS-COV-2 . Les intérêts particuliers et les petites combines loin du rationnel scientifique ne passeront pas . C’est notre concept de l’opinion juste .